Guadeloupe : un gendarme condamné à cinq ans de prison, dont trois avec sursis, pour avoir tué un suspect par balles

Intervenant sur une suspicion de cambriolage, en 2018, il avait tiré sept balles en direction du véhicule du suspect qui reculait, le blessant mortellement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le palais de Justice de Basse-Terre, en Guadeloupe, ici le 14 février 2004. (MAXPPP)

La victime avait reçu deux balles dans des organes vitaux. Un capitaine de gendarmerie a été condamné, jeudi 25 février, à cinq ans de prison dont 3 avec sursis pour "violences volontaires avec arme" contre un suspect qu'il avait mortellement touché par balles lors d'une intervention, en 2018, à Baie-Mahault (Guadeloupe).

Romain Dobritz, commandant de la brigade de Baie-Mahault, aujourd'hui âgé de 30 ans, était intervenu avec un collègue sur une suspicion de cambriolage, le soir du 11 mars 2018. Il avait tiré sept balles en direction du véhicule du suspect qui reculait, a-t-il été indiqué lors du procès, tuant Yannick Locatelli, un trentenaire originaire de Nice.

Pas d'interdiction d'exercer

L'avocate générale devant la Cour d'Assises de Basse-Terre avait requis 15 ans de réclusion pour "homicide volontaire" à l'encontre du gendarme. Les jurés ont écarté l'intention d'homicide tout comme la légitime défense plaidée par la défense.

Incarcéré à l'issue du procès, le gendarme a également été condamné à 15 ans d'interdiction de détenir ou porter une arme sans autorisation, et à 10 ans d'inéligibilité, selon l'avocate générale. L'homme n'a cependant pas l'interdiction d'exercer son métier de policier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.