Val-d'Oise : une mission Vigipirate prise pour cible en marge d'une interpellation

Un pavé a été lancé sur le véhicule de militaires qui passaient à proximité de la gare de Garges-Sarcelles.

Une voiture Vigipirate à Paris, le 14 novembre 2010.
Une voiture Vigipirate à Paris, le 14 novembre 2010. (ETIENNE LAURENT / AFP)

"Cela s'appelle être au mauvais endroit au mauvais moment." Un pavé a été jeté sur un véhicule siglé "mission Vigipirate", mardi 7 juin à 19h55, à hauteur de la gare de Garges-Sarcelles dans le Val-d'Oise. A bord, se trouvaient quatre soldats de l'opération Sentinelle. L'un d'eux a été touché par le pavé, qui a brisé le pare-brise. Ce militaire a été touché au-dessus de la tempe droite. "Il a eu deux points de suture et a quitté l'hôpital le soir-même", précisent une source policière et une source militaire à francetv info.

"La présence de la patrouille était fortuite"

Les soldats se dirigeaient vers la synagogue de Garges-les-Gonesse, dont ils assurent habituellement la sécurité, lorsqu'ils ont été pris pour cible. "La présence de la patrouille était fortuite, ce n'était clairement pas une agression contre les militaires", souligne une source militaire. "Des soldats qui agissent dans le cadre du plan Vigipirate interviennent fréquemment dans des agressions de personnes", ajoute cette source.

Le pavé a été jeté alors qu'un groupe de personnes était en train de s'opposer à l'interpellation de plusieurs autres individus. "Plusieurs patrouilles, dont celle de la BAC, tentaient d'interpeller des individus armés sur la voie publique. Un attroupement s'est formé, certaines personnes ont voulu s'interposer pour éviter les arrestations. L'une d'elles a jeté un pavé", raconte la source policière, qui précise que cette personne a pris la fuite. Elle n'a pas encore été retrouvée et interpellée. Le commissariat de Sarcelles est chargé de l'enquête.