Cet article date de plus d'un an.

Fusillade à Marseille : "On voit bien aujourd'hui qu'il n'y a plus de limite", regrette le maire des 11e et 12e arrondissements de Marseille

Sylvain Souvestre, maire des 11e et 12e arrondissements de Marseille, se réjouit de l'arrivée de "renforts de police dans les semaines qui arrivent", mais estime qu'il faut plus de moyens pour lutter contre les trafics.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Trois personnes ont été tuées par balles dans le 11e arrondissement de Marseille, vers 5 heures du matin le 21 mai 2023. (VALERIE VREL / MAXPPP)

"C'est toujours sur fond de trafic de drogue, de règlement de comptes et on voit bien aujourd'hui qu'il n'y a plus de limite", a regretté dimanche 21 mai sur franceinfo Sylvain Souvestre, maire des 11e et 12e arrondissements de Marseille, après la mort de trois personnes dans une fusillade devant une boîte de nuit ce dimanche matin. "Ce sont trois personnes qui ne sont pas de nos arrondissements, ils sont connus pour être dans une des cités du centre-ville et sont venus pour faire la fête dans un établissement nocturne", a précisé le maire.

Cette fusillade "est une première sur nos quartiers Est. Ce sont des lieux qui ne connaissent pas ce genre de problématique." Le maire est très "en colère" et a expliqué que si cela c'était passé à une autre heure, qu'à 5h du matin, "nous aurions pu avoir des victimes collatérales."

Des renforts de police vont venir "dans les semaines qui arrivent"

La préfecture de Marseille lutte constamment contre les trafics de drogue dans la ville. "Plusieurs lieux de deals ont déjà été mis à bas, notamment sur mon secteur. De nouvelles prises ont eu lieu la semaine dernière", a déclaré Sylvain Souvestre. S'il s'est réjoui de l'arrivée de "renforts de police dans les semaines qui arrivent", il a estimé qu'il en fallait plus. "Tout ce qui est moyens humains et matériels sont les bienvenus."

Le maire des 11e et 12e arrondissements de Marseille "en appelle à la ville pour continuer l'utilisation des vidéosurveillances qui sont indispensables dans le cadre de la résolution d'enquête." Au-delà des renforts policiers, "il faut modifier la sanction pénale dans le cas de la chaîne dealers-consommateurs. On ne sanctionne pas assez les consommateurs", a insisté Sylvain Souvestre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.