Cet article date de plus de trois ans.

Evasion de Redoine Faïd : l'enquête est désormais confiée à des juges d'instruction

Au terme de l'enquête de flagrance, la poursuite des investigations revient désormais à des juges de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Paris, quinze jours après l'évasion spectaculaire du braqueur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un hélicoptère incendié, à Gonesse (Val-d'Oise), retrouvé après l'évasion de Redoine Faïd de la prison de Réau, le 1er juillet 2018. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

La justice est sur les traces du braqueur Redoine Faïd, quinze jours après son évasion. Après son enquête de flagrance, le parquet de Paris a confié à des juges d'instruction une information judiciaire contre X, des chefs notamment d'"évasion, enlèvement et séquestration en bande organisée", d'"association de malfaiteurs formée en vue de la commission de crimes en bande organisée" et d'infractions à la législation sur les armes.

L'enquête vise aussi le "détournement" en bande organisée de l'hélicoptère – dont le pilote avait été pris en otage – qui s'était posé avec un "commando armé" de trois complices dans la cour d'honneur de la prison de Réau (Seine-et-Marne). L'opération d'exfiltration n'avait duré que dix minutes. La poursuite des investigations revient désormais à des juges de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Paris, compétente en matière de grande criminalité organisée.

Une centaine de policiers spécialisés mobilisés

A ce stade, une seule garde à vue a été menée, celle du frère de Redoine Faïd, qui a été relâché sans aucune poursuite. Les enquêteurs ont récemment mis la main sur un sac susceptible d'avoir appartenu au commando ayant participé à l'opération. Découvert sur la commune de Verneuil-en-Halatte (Oise), le sac contenait notamment des armes longues, des cagoules et une disqueuse. Des analyses ont été ordonnées pour déterminer l'éventuelle appartenance de ce matériel aux protagonistes qui ont aidé Redoine Faïd lors de sa fuite.

Au lendemain de cette évasion, une Kangoo blanche siglée Enedis, dernier véhicule connu à bord duquel le fuyard est soupçonné d'avoir pris place lors de son premier jour de cavale, avait déjà été retrouvée au Fay-Saint-Quentin (Oise), "un département qu'il connaît bien", avait relevé une source proche de l'enquête, puisque le braqueur multirécidiviste en est originaire.

Une centaine de policiers spécialisés de la PJ sont mobilisés sur la traque de Redoine Faïd, qui s'était déjà échappé de la prison de Lille-Sequedin en 2013 avant d'être repris, six semaines plus tard, en banlieue parisienne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Redoine Faïd

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.