Cet article date de plus de deux ans.

Evasion de Redoine Faïd : il y a "peut-être" eu une défaillance, dit la ministre de la Justice

Nicole Belloubet a demandé une mission d'inspection générale après l'évasion du braqueur de la prison de Réau (Seine-et-Marne).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers devant l'hélicoptère qui a servi à l'évasion de Redoine Faïd, le 1er juillet 2018 à Gonesse (Val-d'Oise). (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Il y a "peut-être" eu une défaillance. C'est ce qu'a reconnu, lundi 2 juillet, la ministre de la Justice Nicole Belloubet après l'évasion du braqueur Redoine Faïd du centre pénitentiaire de Réau (Seine-et-Marne). "J'ai demandé à ce qu'une mission d'inspection générale de la justice se rende sur place dès aujourd'hui et puisse voir comment les mesures de sécurité auraient été, le cas échéant, défaillantes pour que nous puissions y remédier", a déclaré la garde des Sceaux sur Europe 1.

"Je ne prétends pas qu'il n'y a pas ici de défaillance. Il y en a peut-être une. Si c'est le cas, nous y porterons remède immédiatement", a dit la ministre. "Il faut que nous soyons attentifs à ne pas laisser trop longtemps les mêmes profils dans les mêmes lieux, lorsqu'il s'agit de profils de ce type-là, bien sûr", a poursuivi Nicole Belloubet, qui a qualifié Redoine Faïd de "profil très lourd". Le détenu se trouvait depuis "quelques mois" au centre pénitentiaire de Réau. "Sans doute faut-il une rotation plus fréquente", a dit la ministre.

"Il faut que nous prenions toutes les mesures pour que des évasions de cette nature ne se reproduisent pas. C'est l'objet de la mission d'inspection que j'ai demandée", a ajouté la ministre. Les conclusions seront rendues "très rapidement, dans le mois qui vient", a-t-elle assuré. Il y a eu en 2017 "une quinzaine d'évasions", a-t-elle indiqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.