Enlèvement de Dewi : le père convoqué devant le tribunal en octobre

Le musicien de 38 ans, connu des services de police, avait enlevé son fils lors d'une visite à laquelle il avait droit, vendredi 30 juillet.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La photo du père de Dewi diffusée avec l'alerte enlèvement publiée samedi 31 juillet.  (MINISTERE DE LA JUSTICE)

Le père de Dewi sera convoqué devant le tribunal correctionnel en octobre prochain. Il a été placé sous contrôle judiciaire. Il était présenté à un juge en fin de matinée après l'enlèvement de son fils de 8 ans vendredi. Il est renvoyé devant le tribunal pour "soustraction de mineur des mains de ceux qui exercent l'autorité parentale ou auxquels il a été confié", un délit pouvant être puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende.

Présenté à un juge dans la matinée, il n'a pas contesté les faits qui lui sont reprochés mais assure ne pas avoir prémédité l'enlèvement de son fils âgé de 8 ans, vendredi à Lannion, et pour lequel une alerte enlèvement avait été déclenchée.

Des résultats d'expertises attendus

L'homme a été placé sous contrôle judiciaire. Il lui notamment interdit d'entrer en contact avec son fils. Il a également l'obligation d'entamer des soins psychologiques et de se présenter régulièrement à la gendarmerie de son lieu d'habitation.

"Le dossier doit encore être complété par les résultats attendus d'expertises et d'investigations de personnalité en cours, essentielles pour cerner sa psychologie complexe et les risques de réitération des faits", précise le parquet.

Après des examens médicaux rassurants, le jeune Dewi a de son côté été accueilli dans une structure éducative spécialisée adaptée à son état et son handicap. Il est atteint de surdité et difficultés de langage. Il est également toujours suivi par le juge des enfants.

Le procureur de Saint-Brieux souligne "l'interpellation rapide" du père samedi "grâce au déclenchement du plan alerte enlèvement et à l'excellente collaboration des services de police et de gendarmerie".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.