Cet article date de plus de deux ans.

Enfant sauvé d'une chute : "Il nous a honorés" c'est "son destin" a déclaré Lassana Bathily après le geste de Mamoudou Gassama

Lassana Bathily, l'employé de l'Hyper Cacher porte de Vincennes à Paris lors de la prise d'otages en janvier 2015, a rencontré lundi Mamoudou Gassama qui a sauvé un enfant suspendu dans le vide samedi à Paris.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Mamoudou Gassama devant la mairie de Montreuil, le 28 mai 2018. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Lassana Bathily, l'employé de l'Hyper Cacher porte de Vincennes à Paris qui avait sauvé plusieurs clients lors de la prise d'otages en janvier 2015, a rencontré lundi 28 mai, Mamoudou Gassama qui a sauvé samedi à Paris, un enfant suspendu dans le vide.

Interrogé lundi sur franceinfo, Lassana Bathily a expliqué qu'il était là pour conseiller à Mamoudou Gassama "de faire attention". "Je suis là pour lui donner quelques conseils, pour gérer les sollicitations médiatiques parce que nous avons vécu la même chose""Ce n'est pas facile à gérer, il faut être bien entouré pour se faire aider car tout seul on n'y arrivera jamais" a-f-il ajouté.

Je l'ai vu tout à l'heure, il est dans l'émotion après tout ce qui lui est arrivé, ça fait partie de son destin (…) il nous a honorés, on a besoin de gens comme ça qui risquent leur vie pour d'autres personnes

Lassana Bathily

à franceinfo

Quand il a vu l'enfant suspendu dans le vide, "il n'a pas réfléchi, il a juste agi, pour sauver cet enfant qui aurait pu tomber, ce sont des gens comme ça dont a besoin en France", a-t-il indiqué.

Mamoudou Gassama estime ne pas être un héros

Comme Lassana Bathily, Mamoudou Gassama estime ne pas être un héros, car il a agi par instinct, une attitude que comprend Lassana Bathily qui avait eu la même réaction après son geste lors de l'attentat à l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes.

"Pour moi, aider d'autres personnes ne signifie pas que nous sommes des héros (…) j'espère que grâce à ce type d'actions, on nous regardera autrement", a conclu Lassana Bathily.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.