Mort de Steve Maia Caniço Maia Caniço : le rapport de l'IGPN contesté

Les deux juges chargés de l'instruction ont demandé à être dessaisis de l'enquête par souci d'impartialité. Un climat de défiance notamment à la suite du rapport de l'IGPN qui dédouane les forces de l'ordre.

Ils étaient une dizaine devant le siège de l'IGPN, la police des polices afin de montrer leur défiance à la suite du rapport. Il exonère toute responsabilité des forces de l'ordre dans la mort de Steve Maia Caniço. "L'IGPN, c'est des flics, c'est dirigé par une femme, je crois ? Et en plus le directeur est nommé par Macron, il ne va pas mouiller la police. Et puis Castaner est toujours là".

Les deux juges ont demandé à être dessaisis

Dans le rapport, tout lien entre l'intervention de la police et la mort du jeune homme a été exclu. Mais ce rapport a été critiqué de toutes parts depuis, notamment à cause de l'oubli de témoins et un responsable des CRS non auditionné le soir de l'incident. Le ministre de l'Intérieur a assuré que l'enquête se poursuivrait dans la transparence. L'enquête judiciaire s'annonce difficile. Les deux juges ont demandé à être dessaisis du dossier et que l'affaire soit dépaysée dans un autre tribunal que Nantes afin de garantir l'objectivité de l'enquête.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un colorant rouge a été déversé par des manifestants dans une fontaine à Nantes (Loire-Atlantique), le 30 juillet 2019, au lendemain de la découverte du corps de Steve Maia Caniço dans la Loire.
Un colorant rouge a été déversé par des manifestants dans une fontaine à Nantes (Loire-Atlantique), le 30 juillet 2019, au lendemain de la découverte du corps de Steve Maia Caniço dans la Loire. (LOIC VENANCE / AFP)