Disparition d'une joggeuse en Mayenne : ces questions qui restent en suspens après que la lycéenne a été retrouvée vivante

La jeune femme de 17 ans a été retrouvée en état de choc et légèrement blessée à une dizaine de kilomètres d'où elle était partie courir. Elle a affirmé avoir échappé à des ravisseurs. Les enquêteurs cherchent à faire la lumière sur cette affaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des gendarmes à Sablé-sur-Sarthe (Sarthe), le 9 novembre 2021, après la découverte de l'adolescente disparue lors de son jogging. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

De nombreuses zones d'ombre persistent deux jours après sa réapparition. La joggeuse de 17 ans disparue en Mayenne, qui a été retrouvée vivante mardi, "a pu retrouver sa famille", a annoncé la procureure de la République de Laval, mercredi 10 novembre. Si "les investigations sur le lieu des faits touchent à leur fin", selon Céline Maigné, plusieurs interrogations fondamentales demeurent en suspens. "L'enquête se poursuit et les réponses à l'ensemble de ces questions pourront être données dès que les investigations le permettront", a déclaré la procureure à Ouest-France. En attendant de nouveaux éléments, franceinfo revient sur les principales inconnues de cette affaire.

Dans quelles circonstances a-t-elle disparu ?

La jeune fille était partie courir lundi à proximité de la forêt de Bellebranche, un bois situé sur la commune de Saint-Brice, dans le sud-est de la Mayenne. Selon son père, la lycéenne, jeune sapeur-pompier, était partie à 16 heures et n'était pas rentrée à 19 heures. D'après un proche de la jeune fille, celle-ci utilisait une application pour courir et publiait son parcours en temps réel sur les réseaux sociaux, note France Bleu. Mais son GPS s'est arrêté après 5 minutes et 31 secondes. Son téléphone, sa montre connectée et ses écouteurs sont alors retrouvés par le père avec des traces de sang. Des analyses sont en cours.

Dans ses premières déclarations, la jeune fille a évoqué une camionnette verte qui a pu être utilisée par ses ravisseurs pour l'enlever, a appris franceinfo jeudi de source proche du dossier. L'enquête cherche à étayer ses déclarations. Selon les informations de franceinfo, les gendarmes, lors de l'enquête de voisinage, ont interrogé des riverains sur ce véhicule qui selon elle a pu servir à son rapt avant que la joggeuse ne s'échappe pour se réfugier dans un restaurant. Une soixantaine d'enquêteurs sont encore mobilisés pour faire le jour sur cette disparition.

Comment est-elle arrivée dans un kebab ?

La lycéenne a trouvé refuge dans un kebab à Sablé-sur-Sarthe (Sarthe), à une dizaine de kilomètres de là où elle était partie courir, mardi soir, aux alentours de 20 heures. "On lui a donné une veste pour qu'elle se réchauffe, mais elle était juste choquée, ça se voit. On l'a installée dans l'arrière-cuisine puis j'ai appelé la gendarmerie, les pompiers, et tout le monde est arrivé assez rapidement", a raconté le patron du restaurant à franceinfo et RTL.

Mayenne : une enquête est ouverte pour clarifier les zones d'ombres

Depuis mercredi matin, les gendarmes passent le quartier du fast-food au peigne fin pour tenter de retracer son parcours. Les riverains sont tous interrogés un à un. Les images de vidéosurveillance de la ville sont également exploitées, comme l'a montré une équipe de France Télévisions sur place.

FRANCE 3

"La section de recherches d'Angers et la brigade des recherches de Château-Gontier-sur-Mayenne poursuivent un travail minutieux d'auditions, réquisitions, vérifications pour préciser le déroulement de la journée pendant laquelle la jeune femme a disparu, en se basant notamment sur ses déclarations", a déclaré Céline Maigné, la procureure de la République de Laval.

Combien de personnes sont suspectées ?

L'adolescente a déclaré, en arrivant dans le restaurant kebab où elle s'est réfugiée, avoir échappé à ses ravisseurs. L'enquête cherche également à étayer ces déclarations. Selon Le Parisien, deux individus sont activement recherchés. Des éléments que franceinfo n'est pas en mesure de confirmer. "Aucune interpellation n'est intervenue", a précisé Céline Maigné mercredi. La thèse de l'enlèvement est privilégiée, selon les informations de franceinfo, et certains points révélés par la jeune fille sont toujours en cours de vérification.

Un quadragénaire avait interpellé en état d'ébriété lundi soir et placé en garde à vue. Il a été remis en liberté mardi sans poursuites judiciaires. Il avait été entendu pour "éclaircir son emploi du temps au vu des quelques incohérences lors de ses premières déclarations" mais "les investigations réalisées ont permis d'éclaircir les éléments ayant motivé cette mesure et d'écarter l'implication de la personne mise en cause", a expliqué la procureure de la République.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.