Disparition de Delphine Jubillar : son mari mis en examen pour "homicide volontaire par conjoint", confirme le procureur

Cédric Jubillar conteste toujours son implication dans les faits qui lui sont reprochés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cédric Jubillar (au centre) participe avec son fils à une marche à Albi (Tarn) le 12 juin 2021, suite à la disparition de l'infirmière de 33 ans en décembre 2020. (FRED SCHEIBER / AFP)

Il est désormais le principal suspect dans l'affaire de la disparition de Delphine Jubillar. Son mari, Cédric Jubillar a été mis en examen pour "homicide volontaire par conjoint", a annoncé vendredi 18 juin le procureur de Toulouse, Dominique Alzeari, confirmant les dires de l'avocat du suspect. Cédric Jubillar avait été déféré dans la matinée pour être présenté à un juge, après avoir passé 48 heures dans les locaux de la police à Gaillac (Tarn). Il était interrogé depuis mercredi par les enquêteurs pour des incohérences dans son récit sur la disparition de sa femme, à Cagnac-les-Mines, près d'Albi, dans la nuit du 15 au 16 décembre. Le mis en examen "conteste son implication dans cette affaire".

De nombreux éléments à charge

Le procureur a présenté plusieurs éléments de l'enquête et pointé des "mensonges" dans les différentes déclarations de Cédric Jubillar. L'enfant du couple, âgé de 6 ans, lors d'une audition a déclaré "avoir entendu vers 23 heures une violente dispute entre ses parents", que nie son père. Les investigations ont également permis de mettre à jour d'autres éléments : la voiture de l'infirmière a été déplacée le soir de sa disparition, entre son retour du travail et l'arrivée des gendarmes et des traces de condensation ont permis d'établir la preuve d'une présence humaine dans le véhicule, après expertise.

Par ailleurs, le podomètre de Cédric Jubillar a permis d'attester que ce dernier ne l'avait pas réellement recherchée, contrairement à ce qu'il assurait, a expliqué le procureur. Et "lorsque les gendarmes arrivent, vers 4h50, ils trouvent Monsieur Jubillar en train de déclencher une machine à laver dans laquelle se trouve la couette du canapé sur lequel dormait Madame Jubillar", a déclaré le procureur, précisant qu'aucune trace de sang n'avait été retrouvée depuis le début des investigations.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Disparition de Delphine Jubillar

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.