Délinquance : l’Essonne sous le choc suite au décès de deux adolescents dans des rixes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Délinquance : l’Essonne sous le choc suite au décès de deux adolescents dans des rixes
France 3
Article rédigé par
C.Gillard, J.Vitaline, O.Feniet, C.Weill Raynal, D.Fossard, O.Labalette, T. Le Bras, S.Guillemot, G.Pinol, L.Michel - France 3
France Télévisions

Des renforts de police ont été déployés depuis mardi 24 février à Saint-Chéron et Boussy-Saint-Antoine, deux communes de l’Essonne endeuillées par la mort de deux adolescents victimes de bandes rivales. Les parents se disent impuissants face à l’escalade de la violence. 

Les communes de Saint-Chéron et Boussy-Saint-Antoine (Essonne) sont en deuil, suite à la mort de deux adolescents au cours de rixes entre des bandes rivales. Les guerres de clans sont bien connues dans ces deux villes de banlieue, mais les parents sont inquiets face à l’escalade de la violence. "Je suis choquée, parce que je ne vous cache pas que mon fils a sept ans, donc j’ai peur pour son avenir, j’ai peur pour ce qu'il peut se passer", témoigne une maman, qui envisage de déménager. 

Des familles démunies 

La culture du règlement de compte s’installerait chez les plus jeunes, selon une mère de famille très préoccupée. Son fils, en classe de sixième, a déjà été approché plusieurs fois par ces bandes. "Je crains qu’un jour je me fatigue un peu, je le surveille moins et qu’il se fasse embrigader dans des clans", confie-t-elle aux journalistes de France Télévisions. Le fils de Melinda El Attar a quant à lui été agressé à deux reprises. Malgré ses plaintes, elle craint pour la sécurité de son enfant. Christian Toussaint Du Wast, du syndicat Alliance Police Nationale en Essonne, demande de son côté "les moyens" pour la justice comme pour la police afin d'être en capacité de mieux "appréhender ces problématiques". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.