Règlements de comptes à Marseille : quatrième fusillade en une semaine

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Règlements de compte à Marseille : quatrième fusillade en une semaine
France 3
Article rédigé par
H.Capelli, T.Souman, E.Mechenin, P.Vaireaux, R.Gasc, N.Karczinski - France 3
France Télévisions

La tension ne cesse de monter à Marseille (Bouches-du-Rhône). Trois jeunes ont été abattus dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 août, de probables règlements de comptes sur fond de trafic de drogue. 

Dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 août, sur des images que se sont procurées les équipes de France Télévisions, un homme est jeté dans le coffre d'une voiture à Marseille (Bouches-du-Rhône). Plus tard, la victime de 27 ans est retrouvée dans le véhicule, calcinée et le corps criblé de balles. Dans la rue où l'homme a été enlevé, personne n'imaginait un tel scénario. "Je me suis dit, c'est peut-être des jeunes qui font la fête", confie un habitant du quartier.

La même nuit, dans le quartier de la Marine Bleue, une cité des quartiers nord, des tireurs en voiture ont ouvert le feu sur deux hommes âgés de 25 et 26 ans, connus pour du trafic de stupéfiants. Il y a quatre jours déjà, un adolescent de 14 ans a été tué et deux enfants blessés.

La mairie demande plus de moyens

Les élus marseillais réclament des moyens supplémentaires pour que la police sécurise les quartiers de la ville. "C'est une plaque tournante, on est, j'ose le mot, sur un cartel, et donc ça nécessite qu'on ait des moyens à la hauteur de la situation", s'emporte Yannick Ohanessian, adjoint à la mairie de Marseille en charge de la sécurité. Les fusillades se multiplient en effet depuis le mois de juin, sur fond de trafic de drogue. Du jamais vu dans la ville depuis "très, très, très longtemps", assure Frédéric Ploquin, auteur du livre Les Narcos français brisent l'omerta. "Il faudrait remonter au grand banditisme pour avoir des faits similaires", ajoute ce dernier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.