Insécurité à Marseille : Valls s'en prend à Gaudin, Copé se dit "stupéfait"

Le ministre de l'Intérieur accuse le maire UMP de Marseille d'avoir tardé à mettre en place des caméras de vidéosurveillance et une police municipale.

Le ministre de l\'Intérieur, Manuel Valls, et le sénateur-maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, le 21 septembre 2012 à Marseille.
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, et le sénateur-maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, le 21 septembre 2012 à Marseille. (MAXPPP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La charge de Manuel Valls contre le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, ne passe pas à l'UMP. "Qu'a fait le maire de Marseille ?" s'est interrogé le ministre de l'Intérieur, mardi 20 août, sur BFMTV et RMC, au lendemain d'un nouveau règlement de comptes dans la cité phocéenne. "Il a fallu que ce gouvernement se mette en place et que je décide de mettre le paquet sur Marseille (...) pour que Jean-Claude Gaudin décide enfin d'un plan de vidéoprotection pour toute la ville – ça ne concernait que le centre-ville –, décide enfin, progressivement, de mettre en place une police municipale qui n'existait pas" et qui doit "être armée", a poursuivi Manuel Valls.

Dans un communiqué, le président de l'UMP, Jean-François Copé, s'est dit "stupéfait" par ces propos, qu'il ne juge "pas à la hauteur des responsabilités de Manuel Valls". Il y voit "une inquiétante fébrilité au sommet de l'Etat".

"Le gouvernement doit prendre ses responsabilités"

"Au-delà du respect minimum dû au maire de la deuxième ville de France, fût-il dans l'opposition, j'appelle solennellement le ministre de l'Intérieur à reprendre ses esprits et à ne pas se défausser de ses responsabilités sur les élus locaux", insiste Jean-François Copé, soulignant que "la lutte contre la délinquance et les réseaux mafieux relève en premier lieu du ministre de l'Intérieur".

Le sénateur-maire UMP de Marseille a, lui aussi, réagi aux propos de Manuel Valls en fin de matinée, écrivant dans un communiqué que "le gouvernement doit prendre ses responsabilités au lieu de les rejeter médiatiquement sur la ville de Marseille". Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, se rend mardi après-midi à Marseille. Il sera accompagné de cinq ministres, dont Manuel Valls et Christiane Taubira.