Chat écrasé par un TGV : la SNCF fait appel de sa condamnation

Le 4 juillet dernier, la SNCF avait écopé d'une amende de 1 000 euros pour "négligence" en première instance.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'accident a eu lieu le 2 janvier 2023 à la gare Montparnasse, à paris. Photo d'illustration. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS)

La SNCF a décidé de faire appel de cette condamnation par le tribunal de police de Paris, a appris franceinfo mercredi 19 juillet auprès du groupe ferroviaire, confirmant une information du magazine Ville, Rail & Transport. Le 2 janvier dernier, un TGV a écrasé un chat gare Montparnasse à Paris. 

La filiale de la SNCF, SNCF Voyageurs, avait jusqu'au 17 juillet pour faire appel. La date précise de cette interjection d'appel à cette condamnation n'a pas été précisée par le groupe, qui avait aussi dû verser 1 000 euros à chacune des deux plaignantes, une mère et sa fille propriétaires de l'animal, au titre du préjudice moral.

La Fondation 30 millions d'amis avait porté plainte 

L'accident avait eu lieu le 2 janvier dernier à la gare Montparnasse, à Paris. Le chat, nommé Neko, avait un titre de transport. Il s'était échappé de sa cage pour se réfugier sous un TGV. Après quelques minutes d'attentes, et les demandes insistantes des propriétaires du chat pour que le train reste à l'arrêt, ce dernier était tout de même parti, écrasant l'animal.

L'affaire avait ému des associations de protection des animaux comme la Fondation 30 millions d'amis qui avait porté plainte contre la SNCF pour "sévices graves et actes de cruauté ayant entraîné la mort d'un animal". Émotion aussi au sein du gouvernement : le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'était dit "particulièrement choqué", lors d'une visite dans une SPA de l'Essonne quelques semaines plus tard.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.