"Ces gens-là font ce qu'ils veulent" : le roi des Belges obtient un permis de construire sur une zone protégée de l'île d'Yeu et crispe les habitants

L'autorisation obtenue par le souverain belge de construire une annexe de 40 mètres carrés sur une zone naturelle protégée de l'île d'Yeu provoque la colère des îliens.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le permis de construire, accordé à ''M. et Mme Legrand''. (VALENTIN DUNATE / RADIO FRANCE)

Le roi des Belges a obtenu de construire sur une zone naturelle protégée une annexe de 40 m2 pour loger ses gardes du corps sur l'île d'Yeu, en Vendée, suscitant une polémique sur place. La maison située dans un ''espace boisé remarquable'' est au nord-ouest de l’île, à 100 mètres de la côte où Yannick et Paul sont en train de pêcher.

"Nous, quand on fait des permis de construire il y a certaines choses qu'on n'a pas le droit de faire et là, vu que c'est le c'est le roi des Belges, il a le droit à tout."

Yannick

à franceinfo

''Sur l'île, le maire, n'est pas maître de sa commune, grince Yannick. Il y a des choses qu'il refuse, mais avec des gens importants, il monte en haut de l’État et ces gens-là ont ce qu'ils veulent.''


L’opposant au maire, Patrice Bernard.
 (VALENTIN DUNATE / RADIO FRANCE)

Et cela, les habitants l’ont découvert lors du dernier conseil municipal quand l’opposant au maire Patrice Bernard a posé cette question au maire. ''Comment se fait-il, en zone naturelle, explique-t-il, qu'on peut accepter une annexe même si elle ne fait que 40 mètres carrés, alors que c'est interdit ? Il y a eu un blanc et là, il nous répond que ça s'est imposé à lui et que le préfet lui a imposé de délivrer le permis de construire.''

Le maire et la préfecture restent silencieux

Le roi et la reine démasqués, le maire déplore que leur sécurité ait été mise à mal. Dans un communiqué, il ajoute que le plan local d'urbanisme prévoit des exceptions pour les équipements collectifs d'intérêt général, notamment en matière de sécurité.

Ce permis concerne une annexe permettant d’accueillir exclusivement les services de sécurité nécessaire à la protection d’un chef d’Etat.

Le maire

par communiqué

"Au vu de cette situation particulière, continue le maire dans son communiqué, cette possibilité offerte par le Plan Local d’Urbanisme a été discutée et validée en concertation avec les services préfectoraux. Mais il n'en dira pas plus. Les sollicitations de franceinfo sont restées sans réponse. Pas de retour non plus de la préfecture de Vendée. Pourtant, comme le précise le maire, cette décision a été discutée et validée en concertation avec les services préfectoraux.

Polémique sur l'île d'Yeu : reportage de Valentin Dunate
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.