Besançon : la maire porte plainte après la dégradation d'une statue d’Henriette de Crans et la découverte d’une croix gammée

Ce buste d'Henriette de Crans avait été dévoilé le 20 novembre lors de la journée de mobilisation contre les violences faites aux femmes. La croix gammée a été gravée dans un arbre à côté de la statue.

Article rédigé par
Avec France Bleu Besançon - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Besançon (Doubs). (GOOGLE MAPS)

La maire de Besançon (Doubs), Anne Vignot, a porté plainte lundi 29 novembre après la dégradation de la statue d’Henriette de Crans et la découverte d’une croix gammée, rapporte France Bleu Besançon mardi.

La statue, située dans le parc Chamars, en centre-ville, a été abîmée par de la peinture orange lundi. Ce buste avait été dévoilé dix jours plus tôt, lors de la journée de mobilisation contre les violences faites aux femmes, le 20 novembre. Henriette de Crans a été la première Franc-comtoise brûlée vive pour crime de sorcellerie en 1432.

Une croix gammée a également été gravée dans un arbre à côté de la statue. "La municipalité ne laissera pas faire" ce genre d'actes. "Aucune tolérance ne peut être admise quant à ces symboles de haine", écrit la Ville sur Twitter.

Déjà le 26 juin dernier, elle a porté plainte après la découverte en centre-ville d'une croix gammée sur un passage piéton aux couleurs LGBT+. L’enquête est d’ailleurs toujours en cours. La maire avait dénoncé "un geste d'une extrême violence".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.