Cet article date de plus de six ans.

Attentat contre Charlie Hebdo : qui sont les deux suspects ?

Deux frères, Chérif et Saïd Kouachi, sont recherchés ce jeudi au lendemain de l'attentat de Charlie Hebdo. Le premier a déjà été condamné à trois ans de prison en 2008 pour avoir fait partie de la filière djihadiste dite "des Buttes-Chaumont" à Paris.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
 (Les deux suspects recherchés par la police © SRPJ)

Ce jeudi, les deux principaux suspects de l’attaque perpétrée contre Charlie Hebdo sont toujours recherchés. Ce sont deux frères et ils sont identifiés. Il s'agit de Chérif Kouachi, 32 ans, condamné à trois ans de prison en 2008 pour avoir fait partie d'un réseau de recrutement djihadiste, la filière dite "des Buttes-Chaumont" à Paris. Son frère aîné, Saïd, âgé de 34 ans est aussi recherché. Sept de leurs proches sont en garde à vue ce jeudi.

Les noms de trois hommes présentés comme les suspects circulaient sur les réseaux sociaux dès mercredi soir. Le plus jeune, âgé de 18 ans, s'est présenté de lui-même au commissariat de Charleville-Mézières dans les Ardennes, aux alentours de 23h. Il ne serait pas impliqué dans l'attaque sanglante. 

A VOIR ►►► Charlie Hebdo : plus de 100.000 Français rendent hommage aux victimes 

Une filière sous surveillance

Le réseau qui revient en mémoire depuis l'attentat contre Charlie Hebdo recrutait des djihadistes en partance pour l'Irak. Au milieu des années 2000, cette filière gravitait autour d'une mosquée de la rue de Tanger à Paris et s'entrainait dans le célèbre parc des Buttes-Chaumont du 19e arrondissement de Paris. A l'époque, les participants avaient été décrits non pas comme une "bande de jeunes gens radicalisés" mais plutôt comme des amateurs dans leur mode opératoire. Dans l'émission Pièces à conviction sur France 3 en 2005, un reportage avait été consacré à ce réseau de recrutement. On y voit Chérif Kouachi, l'un des deux hommes aujourd'hui recherché. 

Chérif Kouachi avait été interpellé avant de rejoindre les rangs de la branche irakienne d'Al -Qaïda. Il a été condamné à trois an de prison, dont 18 mois ferme en 2008.

Les précisions de Delphine Gotchaux sur les deux principaux suspects
écouter
 

Chérif Kouachi a ensuite été soupçonné d'avoir projeter l'évasion Smaïn Belkacem, un des cerveaux des attentats de 1995 à Paris, et il a bénéficié d'un non lieu dans ce dossier.

C'est à ce moment là que les services antiterroristes ont vu apparaitre son frère Saïd, au cours d'une surveillance, mais sans plus d'éléments jusqu'à mercredi. S'ils ont été identifiés rapidement, c'est que le plus âgé des deux frères a laissé sa carte d'identité dans la voiture utilisée pour l'attaque contre le journal Charlie Hebdo

Le politologue Gilles Kepel, spécialiste de l'islam et du monde arabe contemporain, se dit marqué par la ressemblance entre le type d’action menée à Paris mercredi et "ce que l’ont voit sur les vidéos diffusées par Daech sur les jeunes européens partant sur le front en Irak et en Syrie ".   

Le politologue Gilles Kepel, spécialiste de l'islam et du monde arabe
écouter

A LIRE AUSSI ►►► Attentat à Charlie Hebdo : quatre figures de l'hebdo satirique sont mortes

Les deux frères sont nés à Paris. Orphelins très jeunes, ils sont été placés en foyer. Le troisième homme, tout juste majeur, et qui s'est rendu à la police a été décrit comme un SDF. Il semble toutefois qu'il était scolarisé l'année dernière encore à Charleville-Mézières, dans les Ardennes.

A ECOUTER ►►► Philippe Val, ancien directeur de Charlie Hebdo : "On vient d'exterminer une façon de parler"

Un élément est venu ajouter de la confusion à l'enquête. Un lycéen, tout juste majeur, a vu son nom mêlé à l’affaire sur les réseaux sociaux quelques heures après la fusillade. Il s’agit d'un beau-frère de Chérif Kouachi. Le jeune homme s'est donc présenté de lui-même à la police de Charleville-Mézières dans les Ardennes. Dès l’apparition de son nom, l’une de ses connaissances avait dit son étonnement, l’ayant vu a-t-il déclaré au lycée de Charleville-Mézières dans la matinée mercredi et donc loin des lieux de l’attentat contre le journal satirique au même moment à Paris. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.