Qui est le suspect de l'attaque du marché de Noël de Nantes ?

Agé de 37 ans, cet habitant de Berneuil, en Charente-Maritime, a blessé 10 personnes en fonçant avec sa voiture sur des passants lundi. Un jeune homme est mort des suites de ses blessures.

Des policiers enquêtent sur les lieux de l\'attaque à la camionnette sur le marché de Noël de Nantes (Loire-Atlantique), le 22 décembre 2014.
Des policiers enquêtent sur les lieux de l'attaque à la camionnette sur le marché de Noël de Nantes (Loire-Atlantique), le 22 décembre 2014. (MAXPPP)

Un automobiliste a foncé, lundi 22 décembre, sur le marché de Noël de Nantes (Loire-Atlantique). Au lendemain de ce drame qui a fait 10 blessés, dont l'un est mort mardi, francetv info revient sur ce que l'on sait du suspect, qui a tenté de se tuer après les faits en se donnant des coups de couteau.

Un trentenaire originaire de Charente-Maritime

Cet homme de 37 ans réside à Berneuil, un village de 1 100 habitants, près de Saintes (Charente-Maritime), selon la gendarmerie de La Rochelle. Le parquet de Saintes s'est refusé à confirmer formellement son identité, mais le journal Sud Ouest croit savoir qu'il s'agit de Sébastien Sarron. 

Dès lundi soir, les gendarmes se sont rendus au domicile du suspect, qui vit seul, pour effectuer une enquête de voisinage dans le cadre de cette affaire, confiée au SRPJ de Nantes. Selon Sud Ouest, le domicile du suspect, dont il est propriétaire, était inoccupé. 

Il n'avait jamais fait parler de lui avant

Selon Sud Ouest, l'homme ne s'était jamais fait remarquer avant la semaine dernière. "Le propriétaire est un administré normal, qui vit seul et ne pose pas de problème", a déclaré au quotidien le maire de Berneuil.

Mais depuis le 15 décembre, le suspect s'était mis à faire brûler des pneus ou du caoutchouc, provoquant d'épaisses fumées noires. Après un appel du voisinage, les gendarmes et les pompiers avaient tenté de le rencontrer samedi, mais avaient trouvé portes closes. Une amende lui avait alors été délivrée dans sa boîte aux lettres. La procureure de Nantes a évoqué l'incendie d'une bétonneuse et d'une tondeuse dans le jardin de l'homme. 

Il n'a pas d'antécédents psychiatriques

Précision importante de la gendarmerie et du parquet de Saintes, l'homme n'était pas connu pour des antécédents psychiatriques qui permettraient d'expliquer son geste. Il pourrait, toutefois, avoir perdu récemment son emploi de pépiniériste, précisent certaines sources. 

L'homme a porté plainte le 12 décembre contre ses proches, qui l'auraient dénigré sur un site internet lu "par tous les habitants de la région", a précisé la procureure Brigitte Lamy, mardi. L'homme était toutefois incapable de préciser de quel site il s'agissait.

Des écrits "décousus" ont été retrouvés dans la camionnette. Ils font allusion à la haine du suspect pour la société, aux reproches faits à sa famille ainsi qu'à sa peur d'être tué par les services secrets, selon la procureure.

Il était connu de la justice

Le parquet de Saintes a, en revanche, souligné qu'il avait été impliqué dans une affaire de vol et recel à Béziers (Hérault) en 2006 ainsi que dans une dégradation de véhicule en 2008, mais cette affaire a été classée sans suite.