Attaque d'un commissariat à Joué-lès-Tours : quatre interpellations

Quatre personnes ont été interpellées ce mercredi dans l'affaire de l'attaque d'un commissariat de police le 20 décembre 2014. Elles appartiennent à l'entourage de l'auteur. Ils ont finalement été remis en liberté ce vendredi.

(Un homme menaçant était entré dans ce commissariat près de Tours le 20 décembre 2014 © MaxPPP)

Le 20 décembre 2014, des policiers avaient abattu un homme qui les avait agressés au commissariat de Joué-Lès-Tours (Indre-et-Loire). Bertrand Nzohabonayo avait blessé trois d'entre eux. Selon le procureur de Tours, les policiers avaient riposté en état de légitime défense. Lors de son passage à l'acte, l'assaillant avait fait des menaces au nom de l'islam, c'est pourquoi le parquet antiterroriste avait été saisi. Son enquête a conduit ce mercredi à l'interpellation de quatre hommes, dans le quartier de la Rabière, à Joué-les-Tours, dans le Loir-et-Cher et dans la région de Bordeaux. Ils ont finalement été remis en liberté ce vendredi. 

 

A LIRE AUSSI ► ►►Policiers agressés à Joué-lès-Tours : la piste terroriste évoquée

Les quatre hommes placés en garde à vue appartiennent à l'entourage de Bertrand Nzohabonayo. Ils ont été repérés grâce à des relevés ou des conversations téléphoniques. Juqu'à présent, cette affaire semblait être le fait d'un individu isolé qui n'était pas connu pour un engagement radical, à la différence d'un de ses frères. Les quatre hommes arrêtés pourraient être liés à la mouvance salafiste. Les enquêteurs cherchent à savoir quelle influence ils ont pu exercer sur Bertrand Nzohabonayo.

A LIRE AUSSI ►►►Agression de Joué-lès-Tours : le parquet lance un appel à témoins