Un otage, porte de Vincennes : le terroriste "s'est soudain mis à prier"

Mickael B. se trouvait avec son fils dans l'Hyper Cacher au moment de la prise d'otages par Amedy Coulibaly. Il témoigne dans "Le Point". 

Des otages libérés du supermarché casher après l\'assaut des forces de l\'ordre, le 9 janvier 2015, à porte de Vincennes, à Paris. 
Des otages libérés du supermarché casher après l'assaut des forces de l'ordre, le 9 janvier 2015, à porte de Vincennes, à Paris.  (THOMAS SAMSON / AFP)

Il fait partie des otages qui ont eu la vie sauve. Mickaël B. se trouvait avec son fils dans l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes au moment où a débuté la prise d'otages par Amedy Coulibaly. Il livre son témoignage au Point, samedi 10 janvier. 

Après avoir tenté de se cacher avec son fils, comme d'autres otages, dans une des deux chambres froides, il est sommé par Amedy Coulibaly de remonter dans le magasin. "La nôtre ne fermait pas de l'intérieur. Nous étions terrorisés", raconte-t-il. 

"Le terroriste se présente à nous, poursuit-il. Il était étrangement calme. 'Je suis Amedy Coulibaly, malien et musulman. J'appartiens à l'Etat islamique', nous dit-il." Mickaël B. affirme qu'un des clients "a soudain tenté de s'emparer d'une des armes [du terroriste], posée sur le comptoir du magasin. Elle ne fonctionnait pas. Le terroriste l'avait posée là, car elle s'était enrayée après la première fusillade. Il s'est alors retourné et a fait feu sur le client, qui est mort sur le coup."

"Il m'a demandé d'appeler pour lui des médias"

"Il m'a ensuite demandé d'appeler pour lui des médias, ce que j'ai fait. Il a parlé à BFMTV", ajoute l'ex-otage, qui a réussi à communiquer avec la police pendant tout ce temps via son portable. 

"Le terroriste, visiblement, se préparait à mourir. Il disait que c'était sa' récompense'. Il s'est soudain mis à prier. Mon portable était allumé, les policiers l'ont donc entendu. Et ont sans doute profité de ce moment pour lancer l'assaut. Quelques instants plus tard, le rideau du magasin s'est levé. Nous avons compris que c'était le début de l'assaut. Nous nous sommes jetés au sol."

Amedy Coulibaly a été tué. Dans le magasin casher, outre l'homme qui a tenté de s'emparer de son arme, trois autres personnes ont péri, probablement abattues par le terroriste au début de la prise d'otages.