Attaque au couteau à Villeurbanne : les propos incohérents du suspect

L'auteur présumé de l'attaque au couteau survenue samedi 31 août à Villeurbanne (Rhône) est toujours en garde à vue. Les enquêteurs qui l'interrogent veulent savoir ce qui l'a poussé à tuer.

France 2

Connu sous deux noms différents et trois dates de naissance, le suspect, dépourvu de documents d'identité, serait de nationalité afghane. Au lendemain de son passage à l'acte, il a livré aux enquêteurs sa version des faits. "Au cours de sa première audition, dans laquelle il reconnaissait partiellement les faits, il disait ne pas avoir de souvenir précis de leur déroulement (...) Il indiquait être musulman et avoir entendu dans l'après-midi des voix insulter Dieu et lui donner l'ordre de tuer", a fait savoir Nicolas Jacquet, le procureur de la République de Lyon (Rhône). Inconnu des services de police pour radicalisation, il n'avait aucun antécédent judiciaire.

Les signes d'un état psychotique

Face aux enquêteurs, il reconnait une forte consommation de cannabis. Passé en France en 2009, il est localisé en Italie en 2014, puis en Allemagne en 2015 et en Norvège en 2016, avant de revenir en France la même année. Réfugié, il était titulaire d'une carte de séjour temporaire valable jusqu'au 31 janvier 2020. Dans le centre d'hébergement où il occupait une chambre, des résidents évoquent un homme violent. Selon l'expert psychiatre qui l'a examiné, le suspect présente les signes d'un état psychotique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers travaillent sur les lieux de l\'attaque au couteau à Villeurbanne (Rhône), le 31 août 2019. 
Des policiers travaillent sur les lieux de l'attaque au couteau à Villeurbanne (Rhône), le 31 août 2019.  (PHILIPPE DESMAZES / AFP)