Attaque à Nice : le président du Conseil français du culte musulman demande l'annulation des festivités de la fête de Mawlid et la fermeture des mosquées

Le président du Conseil français du culte musulman Mohammed Moussaoui a réagi sur franceinfo à l'attaque à Nice qui a fait au moins trois morts. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Mohammed Moussaoui en mars 2019.  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

"J'appelle les musulmans de France en signe de deuil et de solidarité avec nos compatriotes victimes de cet acte abject à annuler toutes les festivités de la fête de Mawlid, la fête de la naissance du prophète de l'islam, qui était prévu ce vendredi, samedi et dimanche", a déclaré sur franceinfo Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman, après l'attaque au couteau à la basilique de Nice qui a fait trois morts jeudi 29 octobre. 

>>> Attaque au couteau à Nice : le bilan est porté à trois morts, le Parquet national antiterroriste se saisit. Suivez notre direct 

"J'appellerai également à fermer les lieux de culte dès ce soir, même si le ministre de l'Intérieur hier avait décidé de laisser les musulmans et les catholiques fêter leurs deux fêtes et de commencer le confinement à partir de lundi", a poursuivi Mohammed Moussaoui. 

Le président du Conseil français du culte musulman "condamne avec force et dénonce avec vigueur cet acte terroriste qui fait de nouveau irruption dans notre vie. J'exprime toute ma compassion et ma solidarité aux victimes, à leurs familles et à leurs proches. J'exprime toute ma solidarité à la communauté catholique de France qui s'apprêtait à fêter la Toussaint."

Ces actes sont un affront à notre foi et à notre religion, nous devons les dénoncer avec force.

Mohammed Moussaoui

à franceinfo

Cette attaque risque de pointer du doigt les musulmans, mais si Mohammed Moussaoui craint "un climat délétère, la décence et la dignité m'obligent à d'abord penser aux victimes et à leurs familles. Les musulmans de France doivent se sentir blessés, horrifiés par ces actes qui ont été revendiqués au nom de la religion musulmane."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.