Cet article date de plus d'un an.

Attaque à la gare du Nord : le suspect placé en garde à vue pour "tentative d'assassinat"

Son état de santé a été jugé compatible, a déclaré le parquet de Paris. Son identité fait encore l'objet de vérifications.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
La gare du Nord à Paris, le 11 janvier 2023, après que six personnes ont été blessées par un homme. (ESRA TASKIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Son état de santé a été jugé compatible. L'homme suspecté d'avoir blessé six personnes mercredi 11 janvier à la gare du Nord à Paris a été placé dans la soirée en garde à vue pour "tentative d'assassinat", a expliqué le parquet de Paris, jeudi 12 janvier. Blessé par "trois coups de feu" au cours de son interpellation, l'homme se trouvait entre "la vie et la mort" mercredi, selon Gérald Darmanin, et n'avait pas pu être auditionné.

Par ailleurs, la vérification de l'identité de ce suspect "est en cours", selon la procureure de la République. Il est "enregistré sous plusieurs identités dans le fichier automatisé des empreintes digitales alimenté par ses déclarations au cours de précédentes procédures dont il a fait l'objet. Il pourrait s'agir d'un homme né en Libye ou en Algérie et d'une vingtaine d'années, dont l'âge exact n'est pas confirmé", explique Laure Beccuau, dans un communiqué diffusé mercredi dans la soirée. 

Tôt dans la matinée de mercredi, l'homme a attaqué plusieurs personnes de façon "extrêmement violente" selon le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. L'agression a débuté à 6h42 à l'entrée de la gare du Nord, avant de se poursuivre à l'intérieur. L'attaque a pris fin avec l'intervention de policiers aux frontières et de policiers en civil qui revenaient "de leur service", a précisé le ministre lors d'un point presse mercredi. 

L'une des six victimes a été blessée "plus gravement que les autres", et était hospitalisée mercredi, sans que son pronostic vital ne soit engagé, avait ajouté le ministre de l'Intérieur. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.