Assassinat d'Hélène Pastor : perpétuité requise pour son gendre, Wojciech Janowski

Une période de sûreté de 22 ans, le maximum possible, a également été demandée.

Lors de l\'ouverture du procès des assassins présumé d\'Hélène Pastor, le 17 septembre 2018.
Lors de l'ouverture du procès des assassins présumé d'Hélène Pastor, le 17 septembre 2018. (MAXPPP)

La réclusion criminelle à perpétuité. C'est ce qu'a requis l'avocat général, vendredi 12 octobre, contre Wojciech Janowski, jugé aux assises des Bouches-du-Rhône pour l'assassinat de la richissime héritière monégasque Hélène Pastor et de son chauffeur. Une période de sûreté de 22 ans, le maximum possible, a également été demandée. Dans le box, Wojciech Janowski n'a pas bronché.

"Janowski a crevé le plafond de l'indélicatesse en payant des tueurs à gage à sa solde avec l'argent de sa compagne", argent qu'elle tenait elle-même de sa mère, a asséné l'avocat général, Pierre Cortès. La fille d'Hélène Pastor, à laquelle il n'était pas marié, était malade et Wojciech Janowski craignait qu'elle ne décède avant sa mère, l'éloignant de la colossale fortune familiale.

"20 000 euros, le prix de la vie humaine pour lui"

Wojciech Janowski avait promis 140 000 euros pour faire tuer sa belle-mère. Et "un bonus de 20 000 euros, le prix de la vie humaine pour lui", pour éliminer du même coup son chauffeur Mohamed Darwich. Cet "employé honnête, consciencieux et dévoué", n'était pour Janowski "qu'un pion mal placé qui empêche d'emporter la reine", un témoin gênant qu'il convenait d'éliminer, a estimé le magistrat, au terme d'un minutieux réquisitoire de huit heures.

"Des splendeurs de Monaco (...) aux bas-fonds de Marseille", l'accusation a décortiqué la façon dont les dix accusés ont formé "une chaîne" aboutissant au double assassinat et demandé que tous soient condamnés. Parmi eux, elle a réclamé deux autres peines de réclusion criminelle à perpétuité, à l'encontre d'exécutants, des malfrats marseillais qui ont enchaîné les maladresses.