Violences policières : "La peur est un problème" selon Dominique Sopo

Dominique Sopo, président de "SOS Racisme", est l'invité du Soir 3 pour évoquer les violences et tensions entre les forces de police et une partie de la population.

France 3

"Aujourd'hui, il y a beaucoup plus de personnes qui peuvent filmer des scènes qu'auparavant", déclare Dominique Sopo, faisant référence à l'interpellation violente d'un jeune homme, Théo, samedi dernier à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Selon lui, "dans toute une série de violences policières, ce qui est dit par les policiers c'est que c'est la victime de la violence qui est coupable de rébellion ou d'outrage".

Des comportements "inadmissibles"

Dominique Sopo estime que la police de proximité avait "permis de baisser les tensions très fortement", mais que son démantèlement partiel a causé un retour en arrière à ce niveau. Selon lui, "la peur n'est pas normale. A partir du moment où des personnes qui n'ont rien à se reprocher ont peur de la police, c'est qu'il y a quelque chose de vicié". Des comportements qui "ne sont pas admissibles" de la part de certains policiers sont en outre "légitimés", d'après lui, par le manque de réaction des syndicats de police.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un policier de dos, le 29 décembre 2016, à Beauvais. (Photo d\'illustration)
Un policier de dos, le 29 décembre 2016, à Beauvais. (Photo d'illustration) (PHILIPPE HUGUEN / AFP)