Aulnay-sous-Bois : la police à nouveau accusée

L'un des amis de Théo, victime présumée d'un viol de la part d'un policier lors de son interpellation, a également affirmé avoir été malmené quelques jours plus tôt.

FRANCE 2

Le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a saisi la police des polices après les accusations portées par un ami de Théo, le jeune homme dont l'interpellation brutale provoque depuis plus d'une semaine dans plusieurs communes de Seine-Saint-Denis. Mohamed K. a en effet raconté comment il avait été passé à tabac par des policiers d'Aulnay-sous-Bois.

Pas de plainte déposée

L'un de ces policiers est aussi celui accusé du viol de Théo, qui aurait eu lieu le jeudi 2 février à la suite d'une arrestation musclée. "Je n'arrivais plus à respirer, je commençais à voir flou, j'étais perdu, en sang", a déclaré Mohamed K. dans une interview accordée à RTL. Le jeune homme n'a pas porté plainte à la suite de ces faits, ce qui laisse penser à l'avocat de l'un des policiers que ces nouvelles accusations n'ont pas de fondement solide.

Le JT
Les autres sujets du JT
(JACQUES DEMARTHON / AFP)