Cet article date de plus d'un an.

Alpes-Maritimes : de violents affrontements ont opposé des jeunes et des policiers à Grasse dans la nuit de lundi

Une trentaine de policiers ont été pris à partie à Grasse dans la nuit de lundi à mardi, par une cinquantaine de jeunes, rapporte France Bleu Azur ce mardi matin. "Nos collègues ont fait preuve d'un extrême professionnalisme parce que cela aurait pu tourner au vinaigre" assure le syndicat UNITE SGP-Police.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Illustration image police (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Des tensions ont éclaté lundi 23 décembre, vers 21 heures, dans le quartier de la Blaquière, à Grasse (Alpes-Maritimes). Une cinquantaine de jeunes ont scié des caméras de surveillance avant de lancer des pétards et des projectiles sur les forces de l'ordre qui intervenaient, relate France Bleu Azur. Plusieurs feux ont été allumés et du mobilier urbain a été détruit.

De source policière, les caméras gênaient la livraison d'un important stock de stupéfiants. La brigade anticriminelle (BAC) et les renforts départementaux ont mis plusieurs heures avant de ramener le calme, un peu après minuit. Aucun blessé n'est à déplorer. Les forces de l'ordre n'ont pu procéder à aucune interpellation.

Ce sont des scènes de guerre

Laurent Martin de Frémont

à franceinfo

"Il faut remarquer la force avec laquelle ces jeunes cagoulés sont sortis et s'en sont pris à nos collègues qui, une fois de plus, ont fait preuve d'un extrême professionnalisme parce que cela aurait pu tourner au vinaigre", relate Laurent Martin de Frémont du syndicat UNITE SGP-Police ce mardi matin sur France Bleu Azur. "Ce sont des scènes de guerre que l'on voit se développer un peu partout en France", assure Laurent Martin de Frémont qui souligne le professionnalisme de ses collègues : "Ils ont parfaitement maîtrisé la situation, il faut rappeler qu'il n'y a pas eu de blessé du côté des forces de l'ordre"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.