Le jeune agresseur à la machette jugé devant le tribunal pour enfants ce mercredi

Le procès du lycéen qui avait agressé un enseignant juif à la machette à Marseille s'ouvre mercredi devant le tribunal pour enfants. C'est la première fois qu'un tribunal pour enfants va juger une affaire criminelle terroriste.

Le palais de justice de Paris, sur l\'ïle de la Cité.
Le palais de justice de Paris, sur l'ïle de la Cité. (THOMAS SAMSON / AFP)

C'est un procès inédit qui se tient mercredi 1er mars devant le tribunal pour enfants de Paris. C'est la première fois qu'un tribunal pour enfants va juger une affaire criminelle terroriste. Les faits remontent à janvier 2016, à Marseille. Un lycéen de 15 ans avait tenté d'assassiner un enseignant juif en pleine rue, à coups de machette. Il était presque 9h, ce matin de janvier 2016, Benjamin Amselem, un enseignant âgé de 35 ans, marchait tranquillement sur un trottoir de Marseille, une kippa sur la tête, une Torah à la main, quand soudain, il a senti qu'on le frappait, dans le dos.

Il voulait "tuer un Juif" pour venger ses frères en Palestine

L'agresseur n'a que quinze ans. Il se prénomme Yusuf, il est alors élève en classe de Seconde. Cela fait à peine cinq ans que ce jeune Turc d'origine kurde est arrivé en France. Ce 11 janvier 2016, Yusuf a son sac d'école et un couteau de cuisine dans la poche, qu'il réserve pour les policiers. Avec ses deux mains, il tient donc cette machette, qu'il a achetée quelques jours plus tôt. Il dira ensuite aux enquêteurs qu'il voulait vraiment "tuer un Juif", ce matin-là, pour venger ses frères en Palestine.

Yusuf compte s'excuser, assure son avocat

En garde à vue, Yusuf a déclaré qu'il avait agi au nom de l'Etat Islamique, auquel il disait avoir prêté allégeance. Un expert psychiatre a depuis constaté que Yusuf avait changé. Son avocat, lui, assure que Yusuf lit désormais des auteurs juifs, en détention, et jure que Yusuf compte s'excuser aujourd'hui au tribunal, face à sa victime, encore traumatisée. Le procès aura lieu à huis clos.