Scandale de la viande de cheval : le juge d’instruction demande le renvoi de quatre protagonistes devant le tribunal correctionnel

L'ordonnance de renvoi du juge d'instruction devant le tribunal correctionnel pour "tromperie" et "escroquerie en bande organisée" dans l'affaire de la viande de cheval vendue comme du bœuf n’est pas définitive puisque l’un des quatre prévenus a fait appel.

L\'entrée de l\'usine Spanghero, le 10 février 2013, à Castelnaudary (Aude).
L'entrée de l'usine Spanghero, le 10 février 2013, à Castelnaudary (Aude). (REMY GABALDA / AFP)

Le juge d’instruction demande le renvoi de deux ex-dirigeants de l’entreprise Spanghero et deux négociants néerlandais devant le tribunal correctionnel pour "tromperie" et "escroquerie en bande organisée" dans l'affaire de la viande de cheval vendue comme du bœuf, a appris franceinfo de source judiciaire, vendredi 2 mars.

Une ordonnance de renvoi a été rendue, mais elle n’est pas définitive puisque l’un des quatre prévenus a fait appel. La chambre d’instruction devra se prononcer sur cet appel.

Des soupçons de tromperie

Ces quatre personnes sont soupçonnées d’avoir trompé la société de fabrication de plats préparés Tavola, filiale du groupe Comigel, en lui vendant en 2012 et début 2013, plus de 500 tonnes de viande présentées comme du bœuf, alors qu’il s’agissait de cheval. L’étiquetage des produits avait été modifié.

Le scandale avait débuté au Royaume-Uni en 2013 et s’était étendu ensuite à toute l’Europe. Plusieurs marques de surgelés avaient été éclaboussées. Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et des fraudes (DGCCRF), la tromperie portait sur 750 tonnes de viande écoulées dans 13 pays européens, soit l’équivalent de 4,5 millions de plats cuisinés. L’affaire n’avait pas eu de conséquence sanitaire.