Radicalisation en prison : des quartiers seront dédiés aux islamistes radicaux

Plus d'un mois après les attentats de Paris, le ministère de la Justice veut désormais lutter contre la radicalisation en prison.

France 2

Ce jeudi 26 février, Christiane Taubira et Bernard Cazeneuve se sont rendus à la prison de Fresnes, afin d'évoquer la radicalisation en prison. Ici, depuis novembre dernier, les détenus identifiés comme islamistes radicaux sont regroupés et isolés. L'expérience devrait être étendue.
"Au total cinq quartiers spécifiques accueilleront ces détenus radicalisés par groupe de 20-25", explique l'envoyée spéciale de France 2 sur place, Anne-Claire Poignard. L'objectif est clair : les éloigner du reste de la population carcérale afin d'éviter les pressions.

"Ces détenus se fondent dans la masse"

"Autre mesure phare, c'est le recrutement de 60 nouveaux aumôniers musulmans pour intervenir dans les prisons. Ils sont actuellement 180 environ", rapporte la journaliste.
Les autorités veulent également mieux détecter les détenus radicalisés. Pour cela, il y aura "tout un travail de sensibilisation des surveillants". Et pour cause, "la difficulté c'est qu'aujourd'hui ces détenus se fondent dans la masse", ajoute Anne-Claire Poignard.
En trois ans, le ministère de la Justice va ainsi consacrer 181 millions d'euros pour lutter contre la radicalisation en prison.

Le JT
Les autres sujets du JT
La prison de Réau (Seine-et-Marne), le 24 septembre 2013.
La prison de Réau (Seine-et-Marne), le 24 septembre 2013. (THOMAS SAMSON / AFP)