Affaire Merah : le père d'un soldat tué porte plainte contre Sarkozy

Le patron du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, est aussi visé par cette plainte. Albert Chennouf leur reproche de n'avoir pas empêché la mort de son fils.

Des parachutistes portent le cercueil de leur collègue, Abel Chennouf, devant la famille, le 15 mars 2012. Ce caporal a été assassiné à Montauban (Tarn-et-Garonne) par Mohamed Merah.
Des parachutistes portent le cercueil de leur collègue, Abel Chennouf, devant la famille, le 15 mars 2012. Ce caporal a été assassiné à Montauban (Tarn-et-Garonne) par Mohamed Merah. (SYLVAIN THOMAS / AFP)

Albert Chennouf en veut à Nicolas Sarkozy et à Bernard Squarcini. Ce père d'un soldat tué en mars à Montauban (Tarn-et-Garonne) par Mohamed Merah a porté plainte contre le président sortant et le directeur central du renseignement intérieur. Il leur reproche de n'avoir pas empêché la mort de son fils, a-t-on appris lundi 7 mai.

Selon le parquet de Nîmes, qui a confirmé une information du Nouvel Observateur, Albert Chennouf a déposé "une déclaration à la gendarmerie". "Je souhaite porter plainte contre Nicolas Sarkozy et Bernard Squarcini pour non-assistance à personne en danger. Je les tiens pour responsables de la mort de mon fils", a expliqué le père du défunt caporal Abel Chennouf, 25 ans, au nouvelobs.com. Le dossier doit être transmis au parquet de Paris.

"Nous nous posons fatalement des questions", explique-t-il. "Je n'ai pas fait l'ENA ni Sciences-Po mais je ne suis pas bête. Je pense que lorsqu'on va au Pakistan en faisant un crochet par Israël, ce ne peut être qu'avec la bénédiction des services français. L'hypothèse qu'on a éliminé Merah pour qu'il ne parle pas me paraît de plus en plus plausible. Je ne dis pas que les policiers du Raid ont mal fait leur travail. Mais la volonté politique était qu'il meure".