Cet article date de plus de huit ans.

DSK : "Je sais, j'ai déconné. J’ai payé, je paie, je paierai"

Au lendemain du non-lieu requis dans l'affaire du Carlton par le parquet de Lille, l'ancien patron du FMI s'est confié à Europe 1. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dominique Strauss-Kahn, le 10 décembre 2012, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Dominique Strauss-Kahn rêve-t-il de faire son retour dans la vie publique ? Au lendemain du non-lieu dans l'affaire du Carlton requis par le parquet de Lille, après ses sorties remarquées sur le tapis rouge du festival de Cannes, ou encore dans les tribunes de Roland-Garros, l’ancien patron du FMI semble refaire surface, petit à petit, sur la scène médiatique.

Dans un entretien à Europe 1, il revient sur le passé : "Ce n'est pas la vie qui m'était promise, mais c'est quand même ma vie", a-t-il philosophé. "Je sais, j'ai déconné. J’ai payé, je paie, je paierai", a poursuivi l'ancien favori pour la présidentielle de 2012. L'ex-patron du FMI a par ailleurs évoqué son nouveau projet : il est conseiller pour le Sud-Soudan, à la demande des autorités du pays. "Là-bas, il y a tout à construire", a-t-il expliqué.

Selon la radio, Dominique Strauss-Kahn aurait également déclaré : "Je veux continuer à servir. Je ne suis pas Cahuzac, je suis conscient de mes erreurs." L'ancien ministre de l'Economie a démenti dans l'après-midi s'être comparé à l'ancien ministre du Budget : "Cette phrase serait absurde compte tenu des aveux prononcés publiquement par l’intéressé", a-t-il précisé. Cependant, Europe 1 maintient sa version.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers DSK

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.