Devant des proches, DSK évoque sa "maladie"

Selon le Journal du dimanche, l'ancien directeur du FMI aurait confié sa volonté de se "faire soigner".

Dominique Strauss-Kahn à Sarcelles (Val-d\'Oise), le 9 octobre 2011.
Dominique Strauss-Kahn à Sarcelles (Val-d'Oise), le 9 octobre 2011. (MIGUEL MEDINA / AFP PHOTO)

"Pour la première fois ces derniers jours, il m'a dit qu'il fallait qu'il se fasse soigner. Il a admis qu'il était malade." La phrase, citée par le Journal du dimanche dimanche 13 novembre, est celle d'un proche de Dominique Strauss-Kahn, "un des rares avec lequel il déjeune encore", précise l'hebdomadaire sans dévoiler son identité.

"Il se ronge les ongles au sang, dévore jusqu'à la peau de ses doigts, et passe ses journées à ne rien faire, incapable, dit-il, de se concentrer sur un livre, refusant d'ouvrir la télé et de lire les journaux. Seules les équations de maths le calment, mais son emploi du temps est vide."

"Il est l'ombre de lui-même"

Un autre proche, toujours sous couvert d'anonymat, témoigne : "Lui qui mettait deux jours avant de répondre à un SMS, répond maintenant dans la minute, et il n'est plus en retard au restaurant. Mais il est l'ombre de lui-même. Un ressort s'est cassé."

"Comment a-t-il pu imaginer qu'il serait président en flirtant depuis si longtemps avec la ligne rouge ?", s'interroge un ami, en allusion aux multiples affaires : Nafissatou Diallo, Tristane Banon, hôtel Carlton et, un peu plus tôt, Piroska Nagy, avec qui il a eu une liaison au FMI en 2008... 

Un autre proche raconte encore : "Quand on lui reprochait son comportement avec les femmes, soit il disait qu'il avait arrêté son côté lourdingue (...), soit il disait en souriant que c'était un mode de vie, que beaucoup de gens pratiquaient l'échangisme, (...) que c'était une attitude libertine des années 1970, comme dans Les Bronzés."

Anne Sinclair écrit un livre

Selon le JDD, Anne Sinclair aimerait tourner la page, après être "passée ces dernières semaines par un état de sidération". Comme pour mieux faire son deuil de l'affaire, elle écrirait un livre. "Elle s'est remise à l'écriture avec Dan Frank, pour donner sa vision des choses", confie une amie à l'hebdomadaire.

Elle devrait également participer au lancement, dans les prochains mois, de la version française du Huffington Post américain. "En fait, elle devrait reprendre sa vie de journaliste, interrompue pour son mari...", dit un proche.

Quant à DSK, il a indiqué vendredi 11 novembre vouloir être entendu au plus vite dans l'affaire du Carlton, dénonçant par la voix de ses avocats un "véritable lynchage médiatique" à son encontre.