Info franceinfo Pédocriminalité : Joël Le Scouarnec renonce à faire appel de sa condamnation dans le premier volet de l’affaire

L'audience devait se tenir du 15 au 19 novembre, mais Joël Le Scouarnec "après réflexion" n'a pas souhaité "faire revivre ce procès aux parties civiles", assure son avocat à franceinfo. 

Article rédigé par
Margaux Stive - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les dossiers des avocats lors du procès de Joël Le Scouarnec, en mars 2020.  (MARC OLLIVIER / MAXPPP)

L'ex-chirurgien Joël Le Scouarnec renonce à faire appel de sa condamnation en décembre dernier à 15 ans de réclusion criminelle dans un premier dossier de viols et agressions sexuelles sur mineures, a appris franceinfo auprès de son avocat, Me Thibault Kurzawa.

Joël Le Scouarnec "conteste toujours" les faits  

Les dates de ce procès en appel étaient déjà prévues : l'audience devait se tenir du 15 au 19 novembre devant la cour d'assises de la Vienne mais Joël Le Scouarnec a pris cette décision "après réflexion", indique à franceinfo son avocat. "Il ne souhaitait pas faire revivre ce procès aux parties civiles" même s'il "conteste toujours" les faits de viols sur sa petite voisine de Jonzac, celle dont le témoignage avait déclenché l'arrestation du chirurgien en 2017.

Joël Le Scouarnec était jugé en décembre dernier pour viols et agressions sexuelles sur cette petite voisine, ainsi que sur deux de ses nièces et une ancienne patiente de la clinique de Loches où il avait exercé.

"Je suis très soulagée de pouvoir maintenant tourner la page", a réagi Aurélia (le prénom a été modifié), l'une des deux nièces, auprès de franceinfo. "Enfin, je vais pouvoir me reconstruire", a-t-elle poursuivi. Il lui "était impossible de revivre encore ces journées de procès inhumaines, enfermée dans une espèce d'ambiance dont on ne sort pas, même des mois après, tout ça en ressassant des souvenirs de l'enfance".

L'ex-chirurgien est par ailleurs mis en examen pour 312 autres faits de viols et d'agressions sexuelles sur d'anciens patients, mineurs pour la plupart. Des faits commis pendant plus de trente ans dans une dizaine d'hôpitaux, et qu'il racontait dans un journal intime retrouvé par les enquêteurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Le Scouarnec

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.