Estelle Mouzin : "Il est indispensable de ne pas s'épargner la peine de faire une recherche à fond et sérieuse", lance un ancien magistrat

Deux anciennes maisons de Michel Fourniret vont être fouillées dans l'espoir de retrouver le corps de la fillette disparue depuis 17 ans.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les gendarmes mobilisés pour chercher le corps d'Estelle Mouzin arrivent à Ville-sur-Lumes (Ardennes) pour fouiller l'une des anciennes maisons de Michel Fourniret, le 22 juin 2020. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

Les enquêteurs vont fouiller deux anciennes maisons de Michel Fourniret, pour espérer retrouver le corps d’Estelle Mouzin, disparue il y a 17 ans. Le tueur en série a récemment avoué l'enlèvement et le meurtre de la fillette. Pour Yves Charpenel, ancien procureur général près la cour d'appel de Reims, invité lundi 22 juin de franceinfo, "il ne faut pas espérer que spontanément" Michel Fourniret donne des "indications". Mais selon lui, "il est indispensable de ne pas s'épargner la peine de faire une recherche à fond et sérieuse".

franceinfo : Comment expliquer que la maison de Ville-sur-Lumes (Ardennes) n'a jamais été fouillée ?

Yves Charpenel : D'abord, à l'époque, on ignorait que Michel Fourniret avait été propriétaire de cette maison. Il n'en avait pas parlé. Les Belges avaient fouillé en Belgique les maisons qu'il avait occupées et en France, les maisons qu'on savait qu'il avait occupées. On voit bien qu'il faut toujours approfondir. C'est excellemment fait que d'aller vérifier.

Pourquoi est-ce que Michel Fourniret ne dit pas clairement où est caché le corps de la fillette ?

Rien n'est plus étranger à Michel Fourniret que de dire les choses clairement. Lorsqu'on aboutit à la découverte de trois corps, dont deux au château du Sautou, ça été après un long travail d'accouchement à faire auprès de quelqu'un qui joue avec les interlocuteurs. C'est très important de n'y aller que quand on a des éléments.

Michel Fourniret, il ne lui reste plus que ce genre d'informations très précises pour exister encore. Donc, il ne faut pas espérer que spontanément en tout cas, il donne ces indications. 

Yves Charpenel, ancien procureur général

à franceinfo

Mais je crois qu'il était indispensable de ne pas s'épargner la peine de faire une recherche à fond et sérieuse.

Michel Fourniret joue avec les enquêteurs ?

Oui, il est l'archétype du manipulateur. Tous les psychiatres l'ont défini comme un pervers narcissique. Ça veut dire qu'il n'y a que lui qui compte. Il a le sentiment d'être tellement plus intelligent que tout le monde. Pouvoir faire déplacer autant de moyens, comme il l'avait fait d'ailleurs au château de Sautou, est pour lui déjà une satisfaction. Ça n'empêche pas qu'on puisse espérer que, malgré tout, il finisse par nous donner une indication précise. Et il fallait bien des moyens quasi militaires pour essayer de fouiller les différentes résidences successives de Michel Fourniret.

Michel Fourniret peut-il donner de fausses informations ?

Il a donné de fausses informations systématiquement, mais plutôt comme un jeu pour savoir si on allait vérifier ou pas et distribuer des bons et de mauvais points aux enquêteurs en disant : "Je vous avais dis cela. Vous avez vérifié, ce n'est pas vrai, mais je le savais". Par contre, il n'avait jamais encore avoué un meurtre qu'il n'avait pas commis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.