Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Grégory : l'interminable chronique d'une défaite de la justice, "un dossier maudit depuis le début"

Saura-t-on un jour qui a tué le petit Grégory ? Le 6 septembre 2018, "Complément d'enquête" dans les coulisses d'une affaire jamais élucidée, ou l'histoire d'un dossier maudit que la justice n'arrive pas à refermer. Trois décennies d'enquête truffée d'erreurs et de vices de procédure, aujourd'hui à nouveau dans l'impasse. Extrait.

Complément d'enquête/France 2

C'est l'interminable chronique d'une défaite de la justice, de son déshonneur : depuis trente ans, elle échoue à identifier un assassin d'enfant caché dans une famille des Vosges. Le 6 septembre 2018, "Complément d'enquête" retrace l'histoire d'un dossier maudit, que la justice n'arrive pas à refermer : l'affaire Grégory Villemin.

"Maudit", pour Dominique Verdeilhan, le chroniqueur judiciaire de France Télévisions, ce dossier l'est "depuis le début, depuis le 16 octobre 1984. C'est un enchaînement de défaillances et de dysfonctionnements". Trois décennies d'enquête, des milliers de pages de rapports et d'expertises, six juges d'instruction qui se succèdent dans un dossier qui semble les rendre fous – le premier, le juge Lambert, finira par se suicider ; le deuxième, le juge Simon, en fera une crise cardiaque...

Un dossier qui rend fou

Dès la découverte du corps de l'enfant de 4 ans pieds et poings liés dans la Vologne, la famille se déchire, l'instruction se mène devant les caméras de télévision. Cinq mois plus tard, Jean-Marie Villemin abat à bout portant son cousin Bernard Laroche, soupçonné du meurtre. Des rebondissements suffisamment dramatiques sans que s'y ajoute l'erreur judiciaire... Christine Villemin, la mère du petit garçon, est pourtant inculpée à tort, par le juge Jean-Michel Lambert.

"Une image désastreuse de la justice"

Ce jeune magistrat de 32 ans, inexpérimenté, a vite été surnommé "le petit juge". Dès le départ, ses manquements ont saccagé l'enquête. Des pièces cruciales telles que rapport d'autopsie et analyses graphologiques manquaient par exemple au dossier d'instruction... "Il a vraiment donné une image désastreuse de la justice et du métier de magistrat", estime aujourd'hui celui qui travaillait sous ses ordres, le capitaine Etienne Sesmat. 

L'enquête est-elle encore faisable ?

En mai 2018, la malédiction a encore frappé, avec l'annulation pour vice de procédure de trois nouvelles mises en examen permises par le logiciel AnaCrim. Même si le procureur général Jean-Marie Beney, qui a obtenu la réouverture du dossier en 2008, justifie les moyens engagés, l'enquête est-elle encore faisable si longtemps après ? Ou bien la justice se refuse-t-elle à clore le dossier pour essayer "de se rattraper, comme pour laver les erreurs passées", comme le croit la journaliste Patricia Tourancheau ? Plus de trente ans après, le couple Villemin, lui, reste "absolument décidé à trouver la vérité, souligne sa consœur Isabelle Baechler. Jean-Marie Villemin y consacre tout son temps libre."

Extrait de "Grégory : la malédiction des juges", à voir dans "Complément d'enquête" le 6 septembre 2018.

L\'affaire Grégory : l\'interminable chronique d\'une défaite de la justice, \"un dossier maudit depuis le début\"
L'affaire Grégory : l'interminable chronique d'une défaite de la justice, "un dossier maudit depuis le début" (COMPLÉMENT D'ENQUÊTE/FRANCE 2)