Affaire du Grêlé : le tueur identifié après 35 ans d'enquête

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Affaire du Grêlé : le tueur identifié après 35 ans de mystère
FRANCE 3
Article rédigé par
L. Nahon, E. Pelletier, C. Cuello, N. Robertson, S. Guibaut, P. Lagaune, 13h15 Le samedi, P. Dordilly, O. Pergament - France 3
France Télévisions

C'est la fin d'une des plus grandes sagas judiciaires en France. Le tueur au visage grêlé a été identifié comme étant François Vérove, un ancien gendarme. L'identification a été possible grâce à l'ADN. 

L'annonce a eu un énorme retentissement au sein des forces de l'ordre. Recherché depuis plus de 35 ans, le tueur au visage grêlé a été identifié jeudi 30 septembre. Il s'agit d'un ancien gendarme, François Vérove. L'individu, vivant dans le sud de la France, s'est suicidé, dans un appartement loué au Grau-du-Roi (Hérault). Auteur de plusieurs meurtres et viols entre 1986 et 1994, il a été identifié à l'aide des analyses ADN. Un soulagement pour Jean-Louis Huesca, ancien inspecteur à la brigade criminelle. "Tant que cette personne était dans la nature, elle pouvait récidiver", déclare-t-il. 

"Un horrible criminel" selon ses propres mots

Dans une lettre laissée à sa famille, François Vérove se décrit comme "un horrible criminel", ayant commis des "atrocités". À l'époque, les enquêteurs s'orientaient plutôt vers un homme au profil sadique, comme l'explique Alain Wasquez, chef du groupe d'enquêtes à la Brigade criminelle entre 1987 et 1997. Une des victimes, violée par le tueur au visage grêlé, avait orienté les recherches sur un membre des forces de l'ordre, en racontant que le coupable "se faisait passer pour un policier et qu'il avait utilisé des menottes", comme le souligne maître Romain Boulet, avocat d'une victime. Alors que la justice s'apprêtait à tester l'ADN de 750 gendarmes, François Vérove a préféré mettre fin à ses jours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.