Violences urbaines : quelles sont les sanctions contre les personnes interpellées ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Violences urbaines : quelles sont les sanctions contre les personnes interpellées ?
Violences urbaines : quelles sont les sanctions contre les personnes interpellées ? Violences urbaines : quelles sont les sanctions contre les personnes interpellées ? (FRANCEINFO)
Article rédigé par franceinfo - E. Pelletier, H. Puffeney, N. Dahan, Ch. La Rocca, J. Pires, A. Teyssier
France Télévisions
franceinfo
Plus de 3 900 personnes impliquées dans des émeutes ont été placées en garde à vue dans toute la France depuis vendredi 30 juin. Parmi elles, 673 ont été déférées devant le parquet et 374 sont passées en comparution immédiate.

Des comparutions immédiates ont eu lieu dans l'après-midi du 3 juillet au tribunal judiciaire de Marseille (Bouches-du-Rhône). Parmi les dossiers jugés, beaucoup de pillages de magasins dans une ambiance lourde. "Le contexte sur lequel cela s'inscrit vient forcément entacher les faits qu'on peut reprocher à quelqu'un", estime Me Laurie Combes, avocate. Un homme vient d'être condamné à un an de prison ferme pour vol aggravé près d’un hypermarché.

Une réponse pénale ferme et systématique

Depuis vendredi, dans toute la France, on compte plus de 3 900 gardes à vue. 673 personnes ont été déférées devant le parquet et 374 sont passées en comparution immédiate. Au total, plus de 120 personnes ont été écrouées, condamnées ou en attente de jugement. Dans une circulaire, le garde des Sceaux avait demandé cette semaine au procureur une réponse pénale ferme et systématique. Sur le front des défaillances des parents, très peu d'enquêtes ont été ouvertes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.