Emeutes après la mort de Nahel : Bruno Le Maire annonce "le report de paiement de charges" pour les commerces dégradés et "la possibilité de prolonger d'une semaine les soldes"

Le ministre de l'Economie a présenté samedi des mesures d'aide pour les commerçants dont les magasins ont été ciblés par des dégradations et des pillages depuis la mort du jeune Nahel le 27 juin.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et la ministre déléguée en charge des PME, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme, Olivia Grégoire, le 1er juillet 2023 à Paris. (STEFANO RELLANDINI / AFP)

Après une quatrième nuit de violences urbaines, Bercy a présenté des aides pour les commerçants. Des dégradations de magasins et des pillages de boutiques ont eu lieu dans plusieurs villes de France après la mort de Nahel, tué lors d'un contrôle policier le 27 juin. Lors d'une conférence de presse, samedi 1er juillet, Bruno Le Maire a demandé aux assureurs de prolonger les délais de déclaration, de réduire les franchises et d'indemniser rapidement les professionnels victimes des émeutes.

"Nous avons demandé aux assureurs de faire preuve de la plus grande simplicité dans le traitement des procédures", a déclaré Bruno Le Maire devant des journalistes. Il a également annoncé que les commerçants "en difficulté" pourraient bénéficier de "reports de paiement de charges sociales et fiscales". Il a invité les victimes des dégradations et pillages à déclarer rapidement les sinistres à leur assurance. "Un appel suffit, ou un mail, ou un SMS ! Nous avons prévu d'étendre si nécessaire d'étendre les délais de déclaration", a-t-il ajouté.

>> Violences après la mort de Nahel : suivez les dernières informations en direct

Bruno Le Maire a par ailleurs demandé aux banques "la plus grande compréhension en termes de traitement des échéances" des commerçants et entrepreneurs endommagés. Faisant un état des lieux, le ministre a recensé 250 débits de tabac, 250 agences bancaires, 200 magasins de grande distribution, de restauration rapide, et nombre de petits commerces de mode et d'articles de sport dégradés.

Déclarer les sinistres "le plus vite possible"

Le ministre a déclaré que les commerçants "en difficulté" pourraient bénéficier de "reports de paiement de charges sociales et fiscales". Il a aussi chargé la ministre déléguée chargée des PME et du commerce, Olivia Grégoire, d'étudier "la possibilité de prolonger d'une semaine des soldes", pour les commerces affectés qui le souhaiteraient.

Bruno Le Maire a invité les commerçants "touchés par des actes de vandalisme" à déclarer "le plus vite possible" les sinistres à leur assurance et exprimé son soutien aux entrepreneurs et salariés "sous le choc". Des cellules de crise sont réactivées dans chaque département et "nous voulons apporter des réponses rapides et fortes", a encore dit le ministre, en relevant que "90 à 95% des commerçants sont couverts par des assurances sinistres et dégâts".

Les assureurs "mobilisés", mais ne s'engagent pas sur les franchises

"Il faut que les délais de déclaration soient allongés, mais les assureurs doivent aussi adapter les reconnaissances de sinistres", a remarqué Philippe Coy, président de la Confédération des buralistes. "Je ne pense pas que les experts seront assez nombreux dans des délais courts, il faudrait que chaque sociétaire puisse photographier les dégâts pour pouvoir réparer sans attendre une expertise", a-t-il dit à l'AFP.

L'organisation professionnelle France Assureurs a assuré à l'AFP que ses membres étaient "tous mobilisés" pour répondre aux victimes des émeutes. "Accélérer l'indemnisation est particulièrement crucial pour permettre aux professionnels dont l'outil de travail a été dégradé voire détruit de redémarrer rapidement leur activité", a-t-elle relevé. Pas un mot, en revanche, sur les franchises pour l'instant.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.