Mort de Nahel : le parquet de Paris ouvre une enquête sur la cagnotte de soutien au policier qui a tué l'adolescent

Lancée par le polémiste d'extrême droite Jean Messiha, cette cagnotte en ligne a atteint plus de 1,6 million d'euros. La famille du jeune homme avait porté plainte.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Capture d'écran du site GoFundMe, le 5 juillet 2023, où était hébergée la cagnotte de soutien à la famille du policier mis en examen après la mort de Nahel. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)

Son montant a atteint plus de 1,6 million d'euros. Une enquête visant la cagnotte de soutien à la famille du policier mis en examen pour homicide volontaire après la mort du jeune Nahel a été ouverte, annonce le parquet de Paris, mercredi 19 juillet.

La sous-direction des affaires économiques et financières de la police judiciaire est chargée de l'enquête. L'ouverture de cette information judiciaire fait suite à une plainte déposée par l'avocat de la famille de Nahel, tué le 27 juin lors d'un contrôle routier à Nanterre (Hauts-de-Seine). 

L'avocat de la famille salue la "rapidité" du parquet

La plainte, déposée notamment pour "escroquerie en bande organisée", dénonce notamment des "manœuvres frauduleuses" et des "mensonges" de son organisateur, le polémiste d'extrême droite Jean Messiha. Celui-ci aurait cherché à "tromper" les donateurs pour récolter des fonds, accuse le texte. Toute personne bénéficiant de la cagnotte, "quand bien même elle serait de la famille du policier (...) se rendrait dès lors coupable de recel d'escroquerie en bande organisée", juge encore cette plainte.

"Nous saluons la rapidité de cette décision du procureur de la République" d'ouvrir une enquête, a réagi Yassine Bouzrou, qui défend la famille de Nahel, auprès de l'AFP.

La cagnotte en soutien au policier a été clôturée par la plate-forme GoFundMe, le 5 juillet. Mis en examen pour homicide volontaire, le policier est placé en détention provisoire depuis le 29 juin. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.