Effondrement d'un pont à Mirepoix-sur-Tarn : une cellule d'aide mise en place au collège de la jeune victime

Pendant l'effondrement du pont suspendu de Mirepoix-sur-Tarn (Haute-Garonne), deux personnes au moins ont trouvé la mort. Parmi elles : une jeune adolescente de 15 ans. Une cellule d'aide médico-psychologique va être mise à disposition de ses anciens camarades.

France 3

Lundi 18 novembre, le pont suspendu de Mirepoix-sur-Tarn (Haute-Garonne) a cédé. L'ouvrage reliait la commune à celle de Bessières entre Toulouse et Montauban. Un pont emprunté par bon nombre d'habitants comme le rappelle Bruno Frediani, journaliste pour France 3. Il a révélé que les riveraiens étaient sous "le choc" en apprenant que le pont qu'ils ont l'habitude de prendre pour aller au travail ou encore se rendre à Toulouse ou à Albi dans le Tarn s'était effondré.

"Des plaies qui sont par définition irréparables"

À la suite de l'effondrement du pont, deux victimes sont à déplorer selon un bilan provisoire. Parmi elles : une jeune adolescente de 15 ans qui étudiait dans un collège situé non loin de là. Bruno Frediani révèle que l'établissement ouvrira "une cellule d'aide médico-psychologique demain dès l'ouverture du collège pour tenter de panser des plaies qui sont par définition irréparables". La mère de l'adolescente a quant à elle survécu.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les secours sont à l\'œuvre dans le Tarn, lundi 18 novembre 2019, après l\'effondrement d\'un pont suspendu à Mirepoix-sur-Tarn (Haute-Garonne).
Les secours sont à l'œuvre dans le Tarn, lundi 18 novembre 2019, après l'effondrement d'un pont suspendu à Mirepoix-sur-Tarn (Haute-Garonne). (ERIC CABANIS / AFP)