Crash de l'A320 : "Il s'agit d'un acte délibéré"

Après les révélations du "New York Times" sur le crash de l'A320, mardi 24 mars, l'ancien commandant de bord Jean Serrat tente d'expliquer comment un des deux pilotes a pu rester bloqué hors du cockpit.

France 2

"Depuis les attentats du 11 septembre, toutes les portes des postes de pilotage ont été blindées avec, à l'intérieur du poste, un moyen pour mettre le système sur 'off', sur 'normal', un moyen qui permet d'entrer dans la cabine grâce à un code, ou sur 'lock', un moyen qui fait que vous ne pourrez plus entrer dans le poste", explique Jean Serrat.

"On peut fermer la porte de l'intérieur"

"On peut donc fermer la porte de l'intérieur, de manière à ce que même un membre d'équipage qui a les codes ne puisse plus entrer. Il s'agit donc d'une action humaine, d'un acte délibéré, ce n'est pas quelqu'un qui est tombé dans les pommes", poursuit l'ancien commandant de bord, spécialiste des questions aéronautiques. Et il explique : "Cette descente est une action volontaire. Il n'a pas pu s'évanouir et tomber sur le manche, car sur les A320, le manche est situé sur le côté."

Le JT
Les autres sujets du JT
Le cockpit d\'un A320, à l\'aéroport d\'Hanoï (Vietnam). 
Le cockpit d'un A320, à l'aéroport d'Hanoï (Vietnam).  (NGUYEN HUY KHAM / REUTERS)