L'identification des victimes : une priorité pour les enquêteurs

En direct de Seyne-les-Alpes, Olivier Théron fait un point sur les recherches en cours sur le lieu du crash de l'A320 de la Germanwings.

FRANCE 2

Les enquêteurs poursuivent leurs recherches sur la zone du crash de l'A320 de la Germanwings. Le travail s'annonce difficile et long. "Le plus difficile ici pour les enquêteurs sont les conditions d'intervention sur un terrain très pentu et instable. Ils sont 15 tous les jours, hélitreuillés sur les lieux de l'accident, assistés par des sauveteurs en montagne qui les assurent avec des cordes d'alpinisme", détaille Olivier Théron.

Établir une identification formelle

Les enquêteurs ont pour objectif d'extraire les dépouilles du lieu du crash. "Les éléments sont ramenés à Seyne-les-Alpes où la gendarmerie a mis en place une chaine d'identification scientifique", poursuit l'envoyé spécial de France 2 avant de préciser "qu'aucun corps n'est sorti sans dommage de ce choc à plus de 700km/h".
"Les médecins légistes doivent procéder à des prélèvements ADN. Il sera ensuite comparé à celui des familles pour établir une identification formelle. Ce travail pourrait durer une quinzaine de jours ou plus si les conditions météo sont défavorables", ajoute Olivier Théron en direct de Seyne-les-Alpes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Gendarmes et enquêteurs sur le site du crash de l\'Airbus A320, dans les Alpes-de-Haute-Provence, le 27 mars 2015.
Gendarmes et enquêteurs sur le site du crash de l'Airbus A320, dans les Alpes-de-Haute-Provence, le 27 mars 2015. (MINISTERE DE L'INTERIEUR / SIPA)