Collision à Millas : la conductrice du car mise en examen pour "homicides et blessures involontaires"

Elle est également placée sous contrôle judiciaire avec "l'interdiction de conduire tout véhicule".

Le bus accidenté, à Millas (Pyrénées-Orientales), le 15 décembre 2017, au lendemain d\'une collision avec un TER, dans laquelle six enfants sont morts.
Le bus accidenté, à Millas (Pyrénées-Orientales), le 15 décembre 2017, au lendemain d'une collision avec un TER, dans laquelle six enfants sont morts. (RAYMOND ROIG / AFP)

La conductrice du car scolaire entré en collision avec un train à Millas (Pyrénées-Orientales), le 14 décembre, a été mise en examen pour "homicides et blessures involontaires", a annoncé le procureur de la République, Xavier Tarabeux, mercredi 20 décembre. Elle est également placée sous contrôle judiciaire avec "l'interdiction de conduire tout véhicule".

Sa mise en examen va permettre à son avocat d'avoir accès au dossier complet de l'enquête. Depuis l'accident, la conductrice maintient que la barrière du passage à niveau était levée, tandis que le procureur estime que les "constatations matérielles" allaient "plutôt dans le sens d'une barrière fermée".

La conductrice "dévastée"

Peu avant l'annonce de sa mise en examen, Me Jean Codognès a annoncé que la conductrice était "dévastée" et "dans un état de dépression intense" à la suite de l'accident. "Sur le plan psychologique et sur le plan mental, les choses sont catastrophiques. Elle est d'ailleurs assistée par un psychiatre", a-t-il déclaré à la presse. "Et je dois dire que pour les gardes à vue, les enquêteurs ont tenu compte avec beaucoup d'humanité de cette situation de détresse", a noté l'avocat.

"Elle est dévastée. Ce n'est pas un problème judiciaire, c'est le problème d'une personne qui est au volant d'un bus, avec des victimes en grand nombre. Je pense que ce n'est pas supportable", a-t-il insisté. Six collégiens ont été tués et cinq sont toujours entre la vie et la mort depuis cette violente collision. D'un point de vue physique, "elle a le sternum enfoncé, des blessures au niveau des yeux. Elle a des hématomes un petit peu partout. Je pense qu'elle a été blessée par la ceinture de sécurité", a poursuivi l'avocat.