Accident de Millas : ouverture du procès, la conductrice face aux parties civiles

Publié
Accident de Millas : ouverture du procès, la conductrice face aux parties civiles
Article rédigé par
T. Cuny, L.-L. Galy, France 3 Occitanie, Lara Pekez, T. Dorseuil - France 3
France Télévisions

Le procès sur la catastrophe de Millas s'est ouvert, lundi 19 septembre, à Marseille. Il y a cinq ans, six collégiens sont morts dans un bus scolaire, percuté par un train sur un passage à niveau. La conductrice est jugée pour homicides et blessure involontaires.

La conductrice du car a quitté la salle d'audience de Marseille (Bouches-du-Rhône) en début de soirée, lundi 19 septembre. Seule sur le banc des prévenus, elle est apparue toute la journée très éprouvée. Les familles des six collégiens morts dans l'accident attendaient la confrontation depuis cinq ans. "En tant que papa et en tant que président d’association, je dois me battre. Parce qu’on ne doit pas laisser les choses pouvoir se reproduire. C’est inadmissible", indique Fabien Bourgeonnier, père d’une victime et président de l’association "À la mémoire de nos anges".  

La conductrice maintient sa version

Le 14 décembre 2017, six collégiens étaient tués, et 17 autres blessés, alors qu'ils rentraient en car du collège de Millas (Pyrénées-Orientales). Percuté par un TER à un passage à niveau, le véhicule a été coupé en deux. Des expertises judiciaires affirment que les barrières étaient baissées, ce qu'a toujours réfuté la conductrice. Elle l'a à nouveau affirmé à la barre, avant de s'effondrer en larmes. Sa version n'a pas convaincu les parties civiles. Le jugement est attendu dans trois semaines. La conductrice encourt cinq ans de prison, et 75 000 euros d'amende. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.