Accident de Millas : l'heure du recueillement à Saint-Féliu-d'Avall

48 heures après l'accident de Millas (Pyrénées-Orientales), c'est tout un département qui est en deuil. Plusieurs moments de recueillement sont prévus dans le village dont sont originaires les victimes.

FRANCE 2

La journaliste de France 2 Lilya Melkonian est à Saint-Féliu-d'Avall (Pyrénées-Oreintales), village d'où sont originaires les cinq victimes de l'accident de car. "C'est le maire de cette petite commune qui a décidé d'organiser un premier rassemblement à 11h30, dimanche 17 décembre, dans les jardins de sa mairie, explique la journaliste. Il s'agira d'une minute de silence, suivie d'un moment de recueillement. Une veillée funèbre aura lieu à 18h30 dans l'église du village, en présence de l'évêque de Perpignan. Toutes les manifestations liées aux festivités de Noël ont été annulées. C'est tout un village qui est en deuil depuis l'accident et on ressent réellement le besoin qu'ont les habitants de se retrouver pour témoigner leur solidarité aux familles qui ont perdu leurs enfants".

Tristesse et solidarité

Dans cette commune, chacun a voulu faire un geste : déposer des roses blanches ou écrire quelques mots sur un registre. Pas facile de réconforter des familles toujours dans l'effroi, deux jours après la collision mortelle de Millas. "On pleure avec eux, on est malheureux avec eux". La tristesse s'est abattue sur Sainte-Feliu-d'Avall, village de 2 600 âmes dont étaient originaires toutes les victimes. Spontanément, des villageois se sont proposés pour héberger ou transporter des familles. Le deuil est partagé dans toute la région. À Perpignan, 200 personnes s'étaient réunies ce samedi 16 décembre pour respecter une minute de silence.

Le JT
Les autres sujets du JT
De nombreux habitants de Saint-Féliu-d’Avall et des alentours ont continué d’affluer à la mairie samedi, où des registres de condoléances ont été mis à disposition. 
De nombreux habitants de Saint-Féliu-d’Avall et des alentours ont continué d’affluer à la mairie samedi, où des registres de condoléances ont été mis à disposition.  (JÉRÔME JADOT / RADIO FRANCE)