Cet article date de plus de sept ans.

Déraillement de Brétigny : le rapport du BEA préconise une amélioration de la maintenance

Les enquêteurs pointent des tournées de surveillance visuelle peu fiables et une mauvaise qualité du boulonnage. La catastrophe a fait sept morts, en juillet, à Brétigny-sur-Orge (Essonne).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une voiture renversée après le déraillement d'un train à Brétigny-sur-Orge (Essonne), le 13 juillet 2013. (A.-J.CASSAIGNE / AFP)

Des tournées de surveillance visuelle peu fiables, et une mauvaise qualité du boulonnage. Telles sont les défaillances que pointe le rapport d'étape du Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT). Le document, publié vendredi 10 janvier, présente les premières constatations des enquêteurs techniques sur le déraillement du train en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne), le 12 juillet, qui a fait sept morts.

La maintenance des voies est au cœur des 118 pages rédigées par le BEA-TT, qui prévient : "Cette enquête a pour seul objet de prévenir de futurs accidents, en déterminant les circonstances et les causes de l'événement analysé, et en établissant les recommandations de sécurité utiles. Elle ne vise pas à déterminer les responsabilités." En tout, trois enquêtes ont été lancées après l'accident du 12 juillet : celle du BEA-TT, une enquête interne, ainsi qu'une enquête judiciaire ouverte par le parquet d'Evry.

Une éclisse mal boulonnée qui n'a pas été repérée

L'enquête du BEA-TT, comme les investigations menées par la SNCF, mettent en avant des défauts sur une éclisse située en amont de la gare. Trois des quatre boulons qui maintenaient cette sorte d'agrafe métallique qui relie deux rails dans un aiguillage étaient manquants. L'éclisse a alors pivoté à 180° autour du quatrième boulon. Le rapport souligne qu'une tournée de surveillance, huit jours avant l'accident, n'avait pas détecté d'anomalie, ni de boulons dévissés.

Des analyses métallurgiques diligentées dans le cadre de l'enquête judiciaire doivent compléter ultérieurement les premières constatations des enquêteurs techniques du BEA-TT.

Le rapport met donc en cause le manque de fiabilité des tournées de surveillance, ainsi que la qualité du boulonnage sur les voies. Il précise que tous les défauts ne pouvaient être détectés à l'œil nu.

Des recommandations pour un contrôle plus attentif

Le BEA-TT préconise ainsi l'amélioration de la surveillance des voies et du boulonnage. Un contrôle plus attentif qui ne se ferait plus uniquement à vue, mais en vérifiant le serrage des boulons avec une clé.

Le rapport propose aussi de renforcer la surveillance des endroits les plus sensibles, là où les passages de trains sont les plus fréquents. Environ 200 trains passent chaque jour en gare de Brétigny.

Dans la foulée de sa publication, Jean-Marc Ayrault a demandé à la SNCF de tirer "sans attendre" les conséquences du rapport. Le Premier ministre a ainsi rappelé "la priorité donnée par le gouvernement au transport du quotidien et à la modernisation des réseaux existants".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Accident de train à Brétigny

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.