Cet article date de plus de dix ans.

Brétigny-sur-Orge : la vérification nationale des aiguillages n'a pas décelé d'anomalie

Selon la SNCF, l'opération visant à s'assurer de leur bonne maintenance n'a "pas décelé de situation de nature à engager la sécurité".

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Les rails détruits à Brétigny-sur-Orge (Essonne), le 12 juillet 2013. (ROMAIN DA COSTA / AFP)

Il n'y a aucun problème. Lancée après l'accident meurtrier de Brétigny-sur-Orge (Essonne) le 12 juillet, la campagne de vérification nationale des aiguillages n'a pas décelé de risques pour la sécurité, a annoncé la SNCF. Lors d'une conférence de presse de compte-rendu, mercredi 24 juillet, Pierre Izard, directeur de la branche SNCF Infra chargée de l'entretien du réseau, a précisé : "Les vérifications n'ont pas décelé de situation de nature à engager la sécurité."

Après la mise en cause d'une éclisse dans le déraillement du train, l'entreprise publique avait lancé une opération de vérification pour inspecter l'ensemble des 5 000 aiguillages et 100 000 éclisses du réseau national. Jeudi, 99% des aiguillages avaient été inspectés selon la SNCF, qui a dépouillé la moitié des résultats des inspections. Lors de cette campagne, "le nombre d'interventions est relativement bas", a ajouté Pierre Izard. Seulement 4% des aiguillages vérifiés ont nécessité des "réglages de géométrie préventifs", 5% des attaches et 6% des boulons ont été resserrés.

La thèse de l'éclisse détachée confirmée dans l'accident

Par ailleurs, la SNCF a reconnu jeudi s'être trompée de trois minutes sur l'heure exacte de l'accident, qui "est bien 17h11 et non pas 17h14, comme nous l'avions d'abord dit".

La compagnie a également terminé son enquête interne, conduite conjointement avec le gestionnaire des rails Réseau Ferré de France (RFF). Selon les premières conclusions dévoilées par Guillaume Pepy, le rapport confirme la thèse d'une éclisse détachée. "Rien dans ce rapport ne contredit les éléments techniques tels qu'ils ont été identifiés dans les premières heures de l'accident", a révélé le dirigeant, soulignant que le rapport, remis à la justice et au ministère des Transports, est soumis au secret de l'instruction.Les causes du détachement de l'éclisse restent inconnues.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.