Evasion fiscale : "28 milliards d'euros sont sortis de l'ombre", selon Michel Sapin

Dans un entretien accordé au "Journal du dimanche", publié dimanche 27 juillet, le ministre des Finances tire un bilan positif du service chargé des exilés fiscaux, mis en place il y a un an.

Le ministre des Finances Michel Sapin lors d\'une visite d\'usine, le 27 juin 2014 à Gasny (Eure). 
Le ministre des Finances Michel Sapin lors d'une visite d'usine, le 27 juin 2014 à Gasny (Eure).  (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Michel Sapin a le sourire. A en croire le ministre des Finances, les exilés fiscaux feraient en effet machine arrière. "Le rythme des dossiers est très soutenu", explique-t-il au JDD (abonnés), dimanche 27 juillet. "Au 25 juillet, 29 024 demandes de régularisation ont été enregistrées (...). A ce stade, on peut donc estimer qu'environ 28 milliards d'euros détenus à l'étranger sont sortis de l'ombre et vont accroître les bases fiscales pour l'avenir."

La baisse d'impôt aux ménages modestes ainsi financée

Le montant moyen des avoirs à l'étranger est d'un million d'euros, précise Michel Sapin. Ce qui gonfle le montant des impôts et pénalités recouvrés par le fisc : 1,336 milliard d'euros à ce jour, contre un milliard à la mi-juin. Toujours selon le ministre, ces recettes vont permettre de financer "sans difficulté" la baisse d'impôt accordée cette année aux ménages modestes et pérennisée l'an prochain.

Au passage, Michel Sapin évoque une nouvelle menace. De nombreux pays, comme la Suisse, se sont engagés à dévoiler les comptes cachés dans leurs banques. Les contribuables qui n'ont pas encore déclaré leurs avoirs à l'étranger sont donc invités à la faire "dès à présent". Car après, le fisc risque de tout apprendre.