Etats-Unis : la fin de l'espionnage des pays alliés ?

a revoir

Présenté parLaurent Delahousse

Diffusé le 18/01/2014Durée : 00h20

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Que faut-il croire de cette promesse ? Le renseignement est le lieu du secret.

La canicule, la sécheresse et les incendies, a poussé Barack Obama à adresser un message à ses amis écoutés. Il affirme que la NSA n'espionnera plus, sauf circonstances exceptionnelles, les dirigeants de pays alliés.

7 mois après les révélations fracassantes de l'agent américain réfugié en Russie, Edward Snowden. Voici la toute première tentative d'excuse présidentielle à l'adresse de ses alliés.

J'ai été très clair vis-à-vis des services. A moins que notre sécurité nationale soit en jeu, nous n'espionnerons pas les communications des dirigeants de nos alliés proches et de nos amis.

Agent américain de la NSA, les grandes oreilles des Etats-Unis, Edward Snowden pourra se vanter d'avoir fait évoluer le système, au moins dans les intention, à tel point qu'hier, dans son discours de 45 minutes, le 44e président des Etats-Unis a cité le nom de ce petit agent informaticien, authentique lanceur d'alertes pour les uns, traitre pour les autres.

Comme une enquête est en COUFS, je ne m'attarderai pas sur les actes de monsieur Snowden.

A l'automne dernier, lors de ce sommet européen, madame Merkel n'avait pas caché sa colère et son indignation, après avoir appris dans la presse, grâce aux révélations de Snowden, que son téléphone portable avait été écouté par les services américains. Idem à la tête des instances européennes qui avaient été écoutées par son grand allié de Washington.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==